Skrimov: "Le club a très bien recruté"

Le Parisien Todor Skrimov est un capitaine heureux et ambitieux. (Reuters)

Le Parisien Todor Skrimov est un capitaine heureux et ambitieux. (Reuters)

Leader de Ligue A après trois journées, le Paris Volley entend bien surfer sur sa bonne dynamique et enchaîner une quatrième victoire de rang face à Toulouse, vendredi, en ouverture de la 4e journée. Très en vue depuis le début de la saison, Todor Skrimov, lui, a les yeux rivés vers le titre de champion de France.

Todor, vous attendiez-vous à un tel début de saison du Paris Volley ?
On l’espérait. Ce n’est pas qu’on s’y attendait, mais on a tout fait pour, on le voulait vraiment ce bon début de championnat. On a beaucoup travaillé, même si cet été tout n’a pas été facile. Je savais qu’on avait vite trouvé les automatismes. Et ça marche plutôt bien.

A titre personnel, vous avez réussi de bons matches…
On se connaît bien avec le passeur (Josh Howatson, ndlr), c’est la deuxième année qu’on joue ensemble. Et puis j’ai peut-être trouvé un peu de confiance cet été, avec les compétitions que j’ai pu faire avec l’équipe nationale (la Bulgarie a terminé quatrième des Jeux Olympiques, ndlr). Ça m’a fait du bien.

Pensez-vous que Paris pourra tenir cette cadence ?
On verra bien. On va tout faire pour. L’objectif qu’on s’est fixé, nous les joueurs et l’entraîneur Dorian (Rougeyron, ndlr), c’est d’être européens, de ne jamais être content, de ne jamais s’arrêter de travailler et de toujours essayer de faire mieux que le match précédent. Je pense que si on arrive à faire ça, il y a moyen de faire une très belle saison. Je n’ai pas encore vu toutes les équipes, mais je pense qu’on a ce qu’il faut pour faire une belle saison. Ça dépend de nous. Il faudra qu’on soit à 100% à chaque entraînement, il n’y a que comme ça qu’on pourra faire quelque chose.

Une très belle saison, ce serait quoi ? Une demi-finale ?
L’objectif du club, c’est de terminer à une place européenne. Pour moi, une belle saison, ce serait effectivement une demi-finale. Mais je ne vais pas vous cacher que j’ai envie de gagner le titre.

C’est ambitieux…
C’est mon objectif. Je rêve de ça. Je vais essayer, on va tous essayer d’y arriver. Après on verra si c’est possible…

"Le capitanat ? Ça va me faire avancer"

Vos dirigeants ont placé cette saison sous le signe de la reconquête, pour un club qui veut retrouver les premiers rôles. Vous le ressentez comme ça ?
Je trouve que le club a très bien recruté. Tout a été fait pour qu’on fasse une belle saison. Les années précédentes, on avait tenté quelques coups de poker, avec des joueurs comme Thomas Zass, des bons joueurs mais qui n’avaient pas encore confirmé. Là, je trouve qu’on n’a que des joueurs qui jouent au haut niveau depuis plusieurs saisons, qui ont confirmé leurs qualités. Je pense vraiment qu’il y a quelque chose à faire.

Vous êtes désormais le capitaine de cette équipe. C’est une fierté ?
Oui, je suis content. D’avoir le capitanat aussi jeune (22 ans, ndlr), ça va me faire avancer. Je ne cache pas que ça me fait plaisir d’être capitaine de Paris. En même temps, il y a pas mal de joueurs qui viennent d’arriver, c’est peut-être logique que j’ai été nommé.

D’autant que vous parlez très bien le français…
Cela fait six ans que je suis en France. Je me suis mis tout de suite à essayer de parler le français. Je suivais des cours. Aujourd’hui, je n’ai presque aucun problème pour m’exprimer.

C’est important pour la cohésion de l’équipe ?
C’est sûr que c’est bien. On a quelques petits problèmes au niveau de la communication, parce que la plupart des joueurs qui sont arrivés ne parlent pas français. Mais on essaye de trouver des moyens de se comprendre, notamment en anglais. C’est très important, et il va falloir faire des efforts là-dessus pour que tout le monde comprenne ce que l’entraîneur dit, ce que les autres joueurs disent.

Pour finir, un petit mot sur le match de Toulouse ?
Je trouve que cette année le championnat est particulièrement équilibré. Toutes les équipes ont très bien recruté, il n’y aura pas de match facile. Si on veut gagner, il va falloir qu’on fasse un bon match. Il ne faut pas croire que parce qu’on a gagné nos trois premiers matches tout va se passer facilement. Rien n’est acquis. Il faudra être à 100%. Si on l’est, je pense qu’on va gagner. 

en images
Tout Va Bien ! Et à la fin, les Cannoises lèvent les bras... Au-dessus du lot