Serena retrouve sa couronne

L'Américaine s'impose une nouvelle fois à Wimbledon. (Reuters)

L'Américaine s'impose une nouvelle fois à Wimbledon. (Reuters)

Serena Williams était bien la plus forte sur ce tournoi de Wimbledon. L'Américaine a remporté son cinquième titre sur le gazon londonien, en dominant en finale la Polonaise Agnieszka Radwanska, novice à ce stade de la compétition, en deux petits sets (6-1, 5-7, 6-2). Williams, elle, s'impose pour la 14e fois en tournoi du Grand Chelem.

Béni soit le ciel. Grâce à l’interruption de la rencontre à la fin du premier set en raison de la pluie, les spectateurs du Centre Court ont eu la chance d’assister à deux finales, samedi à Wimbledon. La première, à sens unique, a vu Serena Williams disposer tranquillement d’Agnieszka Radwanska et, à vrai dire, n’a pas eu grand intérêt pour les amateurs de tennis. La seconde, plus disputée, a permis de constater que la Polonaise avait du répondant. Et même si, au bout du compte, c’est l’Américaine qui l’a emporté en trois manches (6-1, 5-7, 6-2), il y a eu un match à Londres, un vrai !

En la jouant un peu trop facile dans le deuxième set, alors qu’elle semblait avoir la main sur cette partie, la sœur de Venus s’est compliquée la tâche. Son adversaire, qui en cas de victoire serait devenue numéro un mondiale, n’a pas non plus été étrangère à cette soudaine crispation de l’Américaine. Tout juste regrettera-t-elle d’avoir attendu d’être dos au mur pour enfin se libérer. Mais pour une première finale de Grand Chelem, la Polonaise n’a pas à rougir. L’expérience et la puissance de Serena Williams étaient cet après-midi deux arguments trop difficiles à contrer.

La légende, Agnieszka Radwanska l’écrira peut-être plus tard. Elle en a les moyens et, à seulement vingt-trois ans, a encore le temps. En attendant, elle doit laisser la plume à une Serena Williams qui inscrit son nom au palmarès de ces "Championships" pour la cinquième fois, après ses succès en 2002, 2003, 2009 et 2010. Elle en profite également pour décrocher son quatorzième titre majeur. Qu’elle ait dû lutter pour l’obtenir rend celui-là sans doute un peu plus savoureux. A voir la manière avec laquelle elle s’est effondrée sur ce gazon qu’elle affectionne tant, sur la balle de match, facile d’imaginer qu’elle en conservera un souvenir particulier, quelques semaines après son élimination douloureuse au premier tour de Roland-Garros contre Virginie Razzano.

Serena égale Venus

Un souvenir qu’elle pensait effacer plus vite que ça puisque trente-six minutes lui ont suffi pour remporter la première manche. Si elle n’a pas toujours été précise sur ses premières balles (56%), l’Américaine a imposé sa puissance dans l’échange à son adversaire qui, obligée de jouer très loin derrière sa ligne de fond de court, n’a fait que subir. Impossible, donc, pour la Polonaise d’exister sur le service de Serena Williams. Ses coups variés n’ont pas dérangé plus que ça son opposante, qui a conclu plusieurs de ses montées par de violents smashes. Après cinq jeux à sens unique en sa défaveur, Agnieszka Radwanska a tout de même sauvé l’honneur en écartant trois balles de set (6-1). La correction oui, l’humiliation non.

La pluie, qui a interrompu le match pendant un gros quart d’heure, lui a même permis de se relancer. L’Américaine a pourtant gardé le contrôle des débats en réussissant un break sur jeu blanc (3-1). Mais Agnieszka Radwanska a ensuite tout tenté pour recoller au score, agressant la sixième joueuse WTA sur sa mise en jeu pour revenir à quatre jeux partout et prendre l’avantage (5-4). Solide en fin de manche, au contraire d’une Serena Williams devenue brouillonne, la Polonaise s’est donc offert un set de rab (7-5), une chance de plus. Mais la fiabilité retrouvée de son adversaire sur première balle a fait la différence dans le dernier acte. "J’ai du mal à décrire ce que je ressens. Je ne pensais pas pouvoir revenir ici un jour, et être dans cette position", a déclaré la lauréate, qui égale sa sœur avec cinq trophées à Wimbledon. Une affaire de famille.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
La terre a tremblé Comme un Roc Appliqué Djokovic fan de Monaco Tsonga passe l'obstacle
à lire aussi