Nadal garde le moral

Rafael Nadal a les yeux tournés vers 2013. (Reuters)

Dans un entretien accordé à L’Equipe, Rafael Nadal a donné de ses nouvelles. L’Espagnol, qui évoque sa blessure au genou et sa convalescence qui dure depuis trois mois, met tout en œuvre pour se refaire une santé. Mais il assure qu’il ne reviendra pas sur le court tant qu’il ne sera pas à 100%.

Comment va Rafael Nadal ? Plutôt bien si l’on en juge par l’optimisme qu’il témoigne dans un entretien publié dans L’Equipe ce mardi. Ces dernières semaines, l’Espagnol distillait au compte-gouttes des nouvelles sur son état de santé. A part quelques compétitions amateurs de golf et des photos postées sur sa page Facebook, les informations n’avaient pas vraiment filtré. Cette fois-ci, on en sait un peu plus sur sa convalescence qui dure depuis trois mois et qui devrait s’étendre au moins jusqu’à la fin de la saison.

"La situation est très claire: je dois d’abord me soigner complètement, être parfaitement rétabli avant de décider où et quand rejouer. Je ne reviendrai que quand je serai à 100%. Je ne veux plus aller sur le terrain avec des doutes permanents sur mon physique", lance-t-il d’emblée. Pour le moment, Nadal ne donne pas d’indication sur la date de son retour. Le revoir en 2012, et donc en indoor, une surface qui ne lui convient pas, paraît peu probable. D’autant qu’il s’est fixé un but: "Commencer la saison prochaine en parfaite condition, à Doha puis à l’Open d’Australie." 2013 semble alors un horizon plus sûr pour des premiers pas en compétition.

Jouer Wimbledon, une erreur

Depuis son élimination surprise au deuxième tour de Wimbledon contre Lukas Rosol fin juin, Nadal a traversé "des moments difficiles", entre ses forfaits aux Jeux Olympiques puis à l’US Open et la découverte du mal qui le ronge, le syndrome de Hoffa (inflammation de la boule graisseuse située à l’arrière du tendon rotulien). "Aujourd’hui, je ne suis pas encore en état d’aller sur le court, je n’ai toujours pas retouché la raquette mais je bosse dur tous les jours, explique le Majorquin. Je nage beaucoup, pratiquement un kilomètre par jour, je fais beaucoup de travail en salle de gym et je suis à la lettre le traitement que m’ont prescrit les médecins."

Nadal revient également sur l’évolution de sa blessure et explique que "les douleurs ont commencé à Indian Wells" en mars dernier. "Sur terre battue, ça allait mieux parce que cette surface est moins traumatisante pour mes genoux. Enfin, jusqu’à un certain point. Arrivé en demi-finales à Roland-Garros, j’ai de nouveau eu très mal au genou. J’ai joué mes deux derniers matches à Paris sous anti-inflammatoires, sous infiltrations", détaille le n°4 mondial. N’a-t-il pas pris un risque en jouant Wimbledon ? "L’erreur, c’était de jouer Wimbledon, reconnaît-il. La semaine d'avant, mes entraînements ont été horribles. Mais j’ai voulu essayer. Alors, j’ai de nouveau joué sous infiltrations. (…) Ce n’est pas bon. Mais c’était ça ou rien."

Au regard de ses nombreux problèmes physiques se pose aussi la question de sa motivation. Celle-ci est intacte, il est même catégorique sur ce point. "J’aime toujours autant le tennis, j’ai toujours la passion. Je n’ai jamais vu le tennis comme un business. La priorité, c’est le jeu, le terrain, assure l’Espagnol. Jusqu’à Roland-Garros, ç’a été une de mes meilleures saisons. J’ai adoré comment je jouais. J’étais bien, je pensais que je pouvais gagner n’importe quel tournoi." Il lui reste désormais à se refaire une santé pour retrouver de telles sensations.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !