Le tant attendu choc Djokovic-Nadal aura bien lieu !

Le tant attendu choc Djokovic-Nadal aura bien lieu !©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le jeudi 10 juin 2021 à 00h07

Après une entame de match durant laquelle il a été contesté, Rafael Nadal a fini par faire craquer Diego Schwartzman et se qualifie pour le demi-finales de Roland-Garros pour la 14eme fois. Comme attendu, l'adversaire du Majorquin sera Novak Djokovic, qui a également eu besoin de quatre manches pour dominer Matteo Berrettini.



Rafael Nadal reste bien le maître à Roland-Garros ! Le Majorquin, à l'issue d'un duel intense face à Diego Schwartzman, s'est qualifié pour les demi-finales des Internationaux de France pour la quatorzième fois en 17 participations. Toutefois, le « Taureau de Manacor » a parfois douté dans une rencontre qui a connu plusieurs phases. En pleine confiance, Diego Schwartzman a tout d'abord fait mieux que résister à Rafael Nadal, effaçant les deux premières balles de break obtenues par l'Espagnol mais ce dernier a toutefois su faire la différence dans le sixième jeu... C'est alors que l'inconstance de ce dernier au service est revenue et a fait le bonheur de l'Argentin, qui a pu effacer ce break de retard. Mais le numéro 3 mondial a tout de suite serré le jeu pour reprendre ce break d'avance et conclure autoritairement le premier set. Toutefois, cette entame de match a prouvé à Diego Schwartzman qu'il avait les ingrédients à même de mettre en difficulté le maître des lieux et, convertissant sa première balle de break dans la deuxième manche, a pu mener trois jeux à rien. Plus dans la réaction que dans l'action à ce moment du match, Rafael Nadal a su inverser la tendance pour revenir à trois jeux partout. Mais c'est un petit événement qui a eu lieu sur le Court Philippe-Chatrier ce vendredi. Pour la première fois depuis la finale 2019 contre Dominic Thiem, Rafael Nadal a cédé un set.

Schwartzman a fini par craquer face à Nadal

Saisissant à nouveau sa chance, Diego Schwartzman a réalisé l'impensable en égalisant à une manche partout en breakant au dernier moment. Sur sa lancée, l'Argentin a tenté de confirmer mais Rafael Nadal est devenu plus incisif et, surtout, imperméable sur sa mise en jeu. Le « Taureau de Manacor » n'a, en effet, pas concédé la moindre balle de break sur son service tout au long de cette troisième manche. Toutefois, l'Espagnol n'a pas été plus en réussite sur l'engagement de son adversaire, qui a solidement tenu son service à quatre reprises. Mais, dans les moments importants, Rafael Nadal trouve toujours ce surplus d'engagement et de puissance pour faire vaciller même le plus coriace des adversaires. A quatre jeux partout, l'Espagnol est allé chercher le break pour ensuite remporter cette troisième manche sur un jeu blanc. Visiblement en baisse de régime sur le plan physique, Diego Schwartzman n'a alors quasiment plus existé sur le court et n'a plus été en mesure de résister à un Rafael Nadal devenu le rouleau-compresseur qu'il est si souvent à Roland-Garros. Cinq points et aucun jeu, c'est tout ce que l'Argentin a su marquer tout au long d'un quatrième set qui a été un calvaire. Tout a réussi à l'Espagnol qui a enquillé jeu sur jeu pour mettre un terme à ce duel de manière très autoritaire (6-3, 4-6, 6-4, 6-0 en 2h48'). Novak Djokovic et Matteo Berrettini sont prévenus, Rafael Nadal ne compte rien lâcher.

Djokovic a su prendre le meilleur sur Berrettini

Car le numéro 1 mondial sera bien au rendez-vous des demi-finales et affrontera le « Taureau de Manacor » pour la 58eme fois sur le circuit ATP ! Pour cela, le Serbe a pris le meilleur, avec parfois de la difficulté, sur un accrocheur Matteo Berrettini lors de la première session de soirée en public à Roland-Garros, devant 5000 spectateurs sur le Court Philippe-Chatrier. L'Italien a, en effet, eu deux opportunités de prendre le service de Novak Djokovic sur les deux premiers jeux de service de la tête de série numéro 1. C'est toutefois ce dernier qui a fait la différence pour mener quatre jeux à un. Matteo Berrettini a ensuite eu une opportunité de se relancer sans toutefois y parvenir, concédant ensuite la manche sur un jeu blanc. A l'entame du deuxième set, le numéro 9 mondial a comme fait illusion, tenant tête à Novak Djokovic durant les quatre premiers jeux mais, impitoyable, le vainqueur 2016 des Internationaux de France n'a absolument pas laissé passer les deux balles de break qu'il a eu dans cette manche. Avec cinq jeux remportés consécutivement, le numéro 1 mondial a pris un ascendant net sur un Matteo Berrettini très volontaire mais, qui, à ce moment du match, n'avait pas forcément toutes les armes pour résister à la puissance de son adversaire. Néanmoins, la tête de série numéro 9 n'a absolument pas lâché. Plus solide que jamais, l'Italien n'a pas quasiment pas laissé la moindre chance de faire le break à Novak Djokovic. Dans les faits, le neuvième jeu de cette troisième manche a vu le numéro 1 mondial avoir une opportunité de prendre le service de Matteo Berrettini mais sans parvenir à la convertir.

Malgré la nervosité, Djokovic s'est sorti du piège

Entre deux joueurs imperturbables sur leurs engagements respectifs, la conclusion a logiquement été un jeu décisif. Si les premiers points ont été remportés par le serveur, l'Italien a su profité de quelques largesses du Serbe pour se détacher et, sur sa mise en jeu, convertir sa première balle de set. Sans parvenir à prendre le service de son adversaire, Matteo Berrettini est parvenu à totalement se relancer dans cette rencontre. Sur la même lancée, l'entame du quatrième set a vu les deux joueurs tenir au service mais une donnée extérieure est venue interférer. En effet, après un peu moins de trois heures de jeu, soit à l'approche de 23h00, le jeu a dû être interrompu pendant une vingtaine de minutes. L'entrée en vigueur du couvre-feu a contraint les organisateurs à évacuer les travées du Court Philippe-Chatrier. A la reprise, Novak Djokovic a changé de ton et obtenu immédiatement une balle de break mais, là encore, le Serbe n'a pas été en réussite et, sentant le potentiel piège d'être emmené dans une cinquième manche au bout de la nuit, a commencé à être très nerveux sur le court face à un adversaire qui commençait, lui, à être pris de crampes. Mais, s'il a tenu, Matteo Berrettini a fini par céder. Sauvant deux premières balles de match, au grand désarroi d'un Novak Djokovic qui a alors passé ses nerfs sur un panneau publicitaire, l'Italien n'a pas pu confirmer l'adage qui dit « Jamais deux sans trois ». En effet, cette troisième balle de match a été la bonne pour le numéro 1 mondial qui se qualifie en quatre manches (6-3, 6-2, 6-7, 7-5 en 3h32') pour sa onzième demi-finale et tentera de renverser, enfin, Rafael Nadal ce vendredi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.