Coupe Davis/Auger-Aliassime : "Un rêve devenu réalité"

Coupe Davis/Auger-Aliassime : "Un rêve devenu réalité"©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le lundi 28 novembre 2022 à 17h41

Après avoir permis en poursuivant son sans-faute dans cette phase finale à son pays le Canada de remporter la Coupe Davis pour la première fois, trois ans après la défaite en finale contre l'Espagne, Felix Auger-Aliassime a reconnu qu'il venait de réaliser un rêve.



Felix-Auger Aliassime (22 ans), assurément dans la forme de sa vie, avait déjà vécu une fin de saison en tout point exceptionnel. A Bercy, au début du mois, il s'en était même fallu d'un titre (et deux matchs gagnés de plus) pour qu'il devienne le premier joueur depuis le légendaire Ivan Lendl à 1981 à remporter quatre tournois à la suite. Le prodige canadien battu en demi-finales à Paris par le vainqueur de l'épreuve Holger Rune est parvenu à se consoler. Et de quelle façon ! Dimanche, le protégé de Toni Nadal a en effet ajouté une cerise du plus bel effet sur son gâteau déjà très copieux en permettant au Canada de remporter la Coupe Davis pour la première fois de son histoire. Un comble sachant que les Canadiens, éliminés sèchement (4-0) en barrages par les Pays-Bas en mars dernier (sans leurs deux leaders Auger-Aliassime et Denis Shapovalov), n'auraient pas dû disputer la phase finale sans l'invasion russe en Ukraine (la Russie avait été écartée et le Canada repêché). Deux ans après leur défaite en finale contre l'Espagne de Rafael Nadal, "FAA" et ses coéquipiers ont pu ainsi remporter cette première finale entre non-Européens depuis 1990 et inscrire pour la première fois leur nom au palmarès de cette compétition qui n'en a plus que le nom ou presque depuis 2019, date du premier opus de cette Coupe Davis nouvelle formule.

Auger-Aliassime : "Mes jambes se sont effondrées"

Auger-Aliassime a reconnu ensuite qu'il rêvait de soulever le néanmoins mythique saladier d'argent. Alors après avoir remporté la balle de match, dimanche contre Alex De Minaur, le numéro 6 mondial s'est laissé envahir par l'émotion et l'immense bonheur de signer la plus belle page de sa jeune histoire, mais pas seulement. "En voyant la balle sortir, mes jambes se sont effondrées. Frank (Dancevic, le capitaine de l'équipe canadienne de Coupe Davis) et tous les autres me poursuivaient en criant, c'était incroyable ! Un moment très spécial. Vous jouez beaucoup de matches au fil des ans, mais des jours comme celui‐ci, vous vous en souvenez longtemps", analysait le jeune Canadien, auteur d'un carton plein cette semaine sur le court de Malaga (trois simples et un doublé gagnés), où son ami de toujours Denis Shapovalov, lui aussi absent en mars lors de ce barrage qui aurait dû priver les Canadiens de la suite, a lui aussi atteint un objectif qu'il s'était fixé il y a bien longtemps. "C'est difficile de mettre un mots sur ces émotions. Denis (Shapovalov) et moi, on a grandi ensemble et on rêvait de ça quand on était tout jeunes. C'est un rêve devenu réalité et un grand moment pour moi comme pour mon pays."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.