Affaire Pinot : Schmitt dévoile un message de Riner

Affaire Pinot : Schmitt dévoile un message de Riner©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 04 décembre 2021 à 09h07

Alors qu'Alain Schmitt, accusé de violences conjugales par Margaux Pinot, a été relaxé, il maintient ne pas avoir frappé la championne olympique de judo, et a même dévoilé un message que lui aurait envoyé Teddy Riner, qui avait pris position en faveur de la jeune femme.



La guerre des mots continue entre Margaux Pinot (27 ans) et Alain Schmitt (38 ans), qu'elle accuse de violences conjugales mais qui a été relaxé fautes de preuves par le tribunal correctionnel de Bobigny. Le parquet a depuis fait appel de cette décision qui agite tout le judo français. Les deux se sont exprimés devant la presse pour donner leur version des faits, deux versions qui s'opposent. Car la championne olympique par équipes à Tokyo maintient que son entraîneur et compagnon l'a rouée de coups, étranglée, lui frappant aussi la tête au sol à plusieurs reprises, alors que celui qui devait aller entraîner en Israël, avant que la Fédération ne suspende tout contact avec lui depuis ces accusations, maintient qu'il ne l'a pas frappée.

Vendredi, Schmitt a répété sa version sur BFMTV, maintenant que les deux, qui portent des stigmates de cette nuit du 27 novembre, se sont "accrochés", et assurent qu'il y a "quelque chose qui ne va pas" dans les accusations de la championne d'Europe 2020 des -70kg. "Selon elle, je suis sur elle et je lui mets cinq coups de poing et elle n'utilise pas ses bras. Sa version... c'est incroyable. Je n'ai pas porté un coup de poing, pas un coup de boule, pas un coup de pied." Regrettant que son image soit "dans un piteux état" et d'avoir été "lâché" par le monde du judo, il a aussi lu un message de Teddy Riner, qui, comme Clarisse Agbégnénou, Automne Pavia, Amandine Buchard ou encore le président de la Fédération française de judo Stéphane Nomis, a pris fait et cause pour Margaux Pinot.

Riner lui aurait écrit : "Je ne sais pas qui a raison"

"Nous sommes tous profondément touchés par ce que vient de subir notre coéquipière Margaux Pinot et nous lui apportons tout notre soutien. Que faut-il faire pour que les victimes soient entendues ? Que les agresseurs soient reconnus coupables ?", avait ainsi écrit Riner sur Twitter. D'après Schmitt, le triple champion olympique aurait aujourd'hui une position plus nuancée. "Ce jeudi, Teddy Riner m'a envoyé un message. Je vais en lire un bout : « Je ne sais pas qui a raison, qui a fait quoi. Je ne veux pas rentrer dans votre relation. » Pourquoi ne pas avoir adopté cette position directement et laissé faire les pros leur travail ?"

Par ailleurs, son avocate a dénoncé les propos de la ministre chargée des Sports Roxana Maracineanu et ceux d'Elisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, qui avait écrit sur Twitter, après l'annonce de la relaxe : "Le procureur a fait appel de la décision. Faisons confiance à la justice. Face aux violences faites aux femmes, nous devons ne rien laisser passer."


Pour Me Caroline Wassermann, interrogée par France Info, "il s'agit d'une atteinte à la présomption d'innocence" : "Cela ne trompe personne et c'est assez sournois : (Roxana Maracineanu) annonce qu'elle ne peut pas s'exprimer mais elle s'exprime quand même. Venir affirmer que Margaux Pinot est « clairement victime », c'est une critique directe d'une décision de justice. Il y a trois magistrats qui ont étudié le dossier avec attention, ce qui n'est pas le cas de la ministre des Sports qui n'a pas eu (et c'est normal) connaissance des éléments de cette affaire et qui ne réagit qu'en regard des émotions. Cela me semble d'autant plus grave que Mme Elisabeth Moreno, elle-même ministre, deux jours plus tôt, avait elle aussi par un tweet totalement inacceptable remis en cause cette décision de justice."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.