La Rochelle : Vito espère que " l'histoire va se répéter "

La Rochelle : Vito espère que " l'histoire va se répéter "©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 26 mai 2022 à 14h02

Victor Vito espère disputer la finale de la Champions Cup et quitter La Rochelle par le haut.



L'Orange Vélodrome s'apprête à accueillir la finale de la « Ligue des Champions du rugby ». L'ultime rencontre de la plus belle des Coupes d'Europe du ballon ovale, la Champions Cup, se déroulera dans l'enceinte phocéenne, samedi à partir de 17h45. Dans un peu plus de deux jours, un club français tentera d'inscrire son nom au palmarès pour la première fois de l'histoire de la compétition. Après Toulouse (1996, 2003, 2005, 2010, 2021), Brive (1997) et Toulon (2013, 2014, 2015), La Rochelle s'est invité au grand rendez-vous face au Leinster. Comme l'an passé. Mais à la différence du 22 mai 2021 à Londres (à Twickenham) contre le Stade Toulousain (17-22), le club rochelais espère cette fois sortir en lauréat dans l'antre de l'Olympique de Marseille.

Vito : « J'étais tellement déçu, je n'étais pas sorti de ma maison pendant quatre ou cinq jours »

Victor Vito, le Néo-Zélandais de La Rochelle, était là l'an dernier. « Cette finale contre Toulouse, c'était un truc de fou, se souvient le joueur de 35 ans dans L'Equipe. Mais c'est un souvenir malheureux, je me suis blessé à un mollet en début de seconde période. On a perdu, c'est quelque chose qui restera dans ma mémoire. En 2015, j'ai vécu une expérience qui était pire. J'avais perdu la finale de Super Rugby contre les Highlanders (14-21), à la maison, à Wellington, ajoute Vito qui évoluait alors aux Hurricanes. J'étais tellement déçu, je n'étais pas sorti de ma maison pendant quatre ou cinq jours après ça. »


« En 2016, on avait gagné le Super Rugby, et j'avais quitté le club sur ce trophée »

Mais, car il y a un « mais », avec le Néo-Zélandais dans cette histoire, c'est que Vito espère une issue identique à son expérience passée. « La chose intéressante, c'est qu'un an après, en 2016, on avait gagné le Super Rugby, et j'avais quitté le club sur ce trophée, narre Victor Vito qui avait battu les Lions 20-3 à Wellington. Et là, à La Rochelle, j'ai la possibilité de faire la même chose. J'espère que l'histoire va se répéter ! » Le troisième ligne de 35 ans (1,93m, 112 kg), double champion du monde avec les All Blacks (2011, 2015), va quitter La Rochelle où il est arrivé en 2016 (135 matchs disputés) et arrêter sa carrière. Incertain pour la finale car il a mal à la cheville gauche, Vito croise les crampons pour que cela se fasse en apothéose.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.