PSG : Karabatic n'a pas de regrets concernant sa carrière

Mathieu Warnier, Media365 : publié le jeudi 30 mai 2024 à 19h40

Alors qu'il se prépare à disputer ce vendredi le dernier match de sa carrière en club, une décision issue d'une longue réflexion, Nikola Karabatic s'est retourné sur les deux dernières décennies, assurant ne rien vouloir changer et ne rien regretter.

Une page va se tourner pour Nikola Karabatic. Ce vendredi, dans l'écrin de l'Accor Arena de Paris-Bercy, le demi-centre va disputer l'ultime match de sa carrière en club avec le PSG. Une rencontre dont l'issue décidera du titre de champion de France. En août dernier, le joueur aux quatre titres de champion du monde avec l'équipe de France a annoncé que sa carrière allait toucher à sa fin. Une décision qui, si elle n'est pas venue d'un coup, restera la somme de plusieurs éléments qui a commencé en 2023 avec des pépins physiques. « Je me blesse à la fin du championnat du monde 2023. On perd en finale et, juste après, je fais une phlébite, s'est-il remémoré dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe. C'était ma troisième et elle aurait pu, à tout moment, déclencher ma fin de carrière. Normalement, tu ne fais plus de sport après une troisième phlébite. Je ne suis pas passé loin de ma fin de carrière sans même que je joue au handball. » Admettant qu'il commençait « à cheminer un peu » au sujet d'une retraite sportive, Nikola Karabatic a concédé qu'un clin d'œil du destin a aidé à forger un peu plus cette idée.

Karabatic : « Je vais savourer ce moment »

« La saison se finit, tirage au sort de la Coupe de France, premier match contre Frontignan, le club où j'ai grandi, où on a joué au handball avec mon frère, où ma passion et ma vocation pour le handball sont nées, a-t-il confié. La chance que je les joue sur cette saison-là, c'est juste incroyable. Donc, premier match contre Frontignan, la fin potentielle, les Jeux Olympiques si tout va bien. Voilà, il y avait tous les signes qui étaient là pour me dire : 'C'est le moment'. C'est venu comme ça, petit à petit pendant l'été. » La fin d'une carrière marquée par un nombre de titres ahurissant qui pourrait être en apothéose avec un potentiel quatrième titre olympique à domicile lors de Paris 2024. Un changement de vie que le joueur de 40 ans compte bien célébrer. « Je vais savourer ce moment, cette fin de carrière. Je pense qu'il y aura énormément d'émotion, a confié Nikola Karabatic. Je vais fêter ça, passer du temps avec mes proches et ma famille, aussi avec le public sur le moment et avec mes coéquipiers. » Une carrière dont, avec du recul, il ne voudrait absolument rien changer. « Je suis persuadé que, si je change un petit truc dans ma carrière, je ne serai pas là aujourd'hui et je n'aurai pas eu cette carrière fantastique », a-t-il affirmé. S'il assure n'avoir « pas de regrets », Nikola Karabatic se remémore avoir traversé « des joies, des déceptions, des moments difficiles, des moments très hauts » et être heureux de tout cela.

Karabatic : « Je vais regarder tous les matchs »

Après avoir écumé les terrains de handball durant près de 20 ans, le demi-centre du PSG ne se fait pas d'illusion sur ses premiers pas loin de ce qui a rythmé sa vie si longtemps. « Je pense que le terrain, ça va me démanger », affirme-t-il en ajoutant que « la vie d'équipe » va sans doute lui manquer. « Le fait d'être avec mes coéquipiers à l'entraînement, sur le terrain, à rigoler avec eux mais aussi les moments de vie, énumère-t-il. Les voyages, les moments passés à l'hôtel, les parties de cartes, les repas à déconner, à rigoler. Ce sont tous ces moments-là qui vont me manquer. » Avec un léger sourire, Nikola Karabatic a confié que les contraintes liées à la vie d'un sportif de haut niveau ne vont pas lui manquer, notamment l'impossibilité de pratiquer certains sports dont le ski ou le fait de manquer certains événements personnels et familiaux. « Un milliard de trucs ne vont pas me manquer », ajoute-t-il tout en concédant être certain de garder un œil sur le handball, notamment le PSG et l'équipe de France. « Je vais regarder tous les matchs, affirme-t-il. J'aurai aussi le temps de pouvoir repasser en mode spectateur. » Après avoir tant donné au handball français, Nikola Karabatic compte bien être un observateur attentif d'une discipline qu'il aura dominé pendant de longues années.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.