Metz : Le grand retour d'Antonetti

Metz : Le grand retour d'Antonetti©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le lundi 19 octobre 2020 à 16h44

Metz a retrouvé Frédéric Antonetti sur son banc de touche pour un match, lui qui avait physiquement occupé cette fonction pour la dernière fois en Ligue 2, en décembre 2018. La maladie de sa femme l'avait conduit à laisser Vincent Hognon le remplacer.



Frédéric Antonetti a dirigé dimanche son premier match avec Metz depuis près de deux ans, à Angers (1-1), après s'être mis en retrait en raison de la maladie de sa femme, décédée au mois de juillet. "Beaucoup de choses ont changé en deux ans, résumait-il après la rencontre. Je dois m'habituer à l'arrivée de la VAR, aux cinq changements autorisés... Après, je n'ai pas eu beaucoup de soucis à ce sujet, parce que je n'avais pas beaucoup d'attaquants sur le banc et que c'est souvent devant qu'on change. Vu le nombre d'indisponibilités qu'on a... Avec cinq remplacements, on peut peser sur le plan physique. Après, je suis resté concentré sur le jeu. C'est ce que je dois faire afin de montrer l'exemple aux joueurs." Le coach corse n'avait plus officié depuis décembre 2018, date de sa prise de recul avec le banc. Il a repris l'entraînement en début de semaine dernière.

"Je ne suis jamais parti, s'exclamait-il vendredi, pour sa première conférence de presse. Certes, je reviens physiquement. Mais en réalité, même à distance, je n'ai jamais quitté mon poste d'entraîneur. Je continuais à préparer les matchs, donc il n'y a pas d'excitation particulière du fait de revenir en personne. Bien sûr, être à nouveau au milieu des joueurs, ça fait du bien. C'est là où je me sens le mieux, c'est pour ça que je fais ce métier. Mais aucun joueur n'est jamais arrivé au club sans que je l'aie eu au téléphone, donc pour moi, à part de manière physique, je ne suis jamais parti." Vincent Hognon, son ancien adjoint qui lui avait succédé et a notamment achevé la remontée en Ligue 1 en 2019 - avant d'enchaîner avec un maintien la saison dernière -, a choisi de ne pas retrouver sa place initiale. "C'est son choix, il faut le respecter, dès le départ c'était très clair dans sa tête", concluait Antonetti.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.