Mediapro : Des révélations accablantes

Mediapro : Des révélations accablantes©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mercredi 21 octobre 2020 à 11h10

Mediapro n'aurait pas attendu la crise du Covid-19 pour se retrouver en difficulté. Et la situation actuelle, avec un diffuseur de la Ligue 1 qui n'a pas payé sa dernière échéance, était prévisible.

 
Lundi, les pensionnaires de Ligue 1 et de Ligue 2 ont validé en Assemblée générale de la Ligue de football professionnel (LFP) la souscription d'un prêt de 120 millions d'euros. Voilà où en est le feuilleton des droits TV du foot français, alors que Mediapro n'a pas payé son échéance du 5 octobre à la LFP (172 millions d'euros), mettant en danger tout le football français. En plus d'une inquiétude légitime, la colère monte à ce sujet. Ce qui devrait être encore plus le cas après les révélations du site Capital ce mercredi.


Des agences de notation ont pointé du doigt Mediapro dès cet été
Ce dernier, qui s'appuie sur une estimation de l'agence de notation Moody's, publiée le fin juillet et qu'il a pu consulter, est catégorique : le groupe espagnol n'a pas de quoi payer les 172 millions d'euros réclamés stipulés dans le contrat. Pas plus que le versement de 150 millions d'euros prévu en décembre. Sa trésorerie ne s'élève en effet qu'à 113 millions d'euros à fin septembre. Cette même agence Moody's avait d'ailleurs mis le doigt sur « la liquidité très fragile » de Mediapro dès avril dernier, en dégradant sa note de B1 à B3, soit de deux crans dans le jargon financier. Avant que l'agence Fitch n'en fasse de même en juin, prévoyant pour 2020 une baisse de 20% du chiffre d'affaires voire l'absence de trésorerie de manière temporaire durant cette même année.


En 2018, une situation déjà critique
Face à de telles difficultés, Mediapro a levé au total 110 millions d'euros de fonds, rapidement dépensés pour l'échéance du 6 août. Ses prédictions délirantes en termes d'abonnés ont, elles, été douchées par le faible nombre d'abonnements effectifs, qui oscille entre 278 000 (RTL, le Canard enchaîné) et 400 000 (Le Monde) selon les médias. Mais le groupe espagnol n'a pas attendu ce lancement décevant pour être en difficultés. Ni même la pandémie de Covid-19. Au moment de l'attribution des droits en mai 2018, trois mois après un fiasco du même genre avec les droits du football italien, il était déjà très endetté, indique Capital. En 2019, son chiffre d'affaires a baissé de 8% et sa dette atteint les 923 millions d'euros. Une année durant laquelle Mediapro a d'ailleurs tenté de revendre son meilleur lot de droits à Canal +. Le football français avait tous les éléments à disposition pour anticiper une situation de ce genre. Il ne les a pas vus. Ou n'a pas voulu les voir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.