Paris 2024 - Griezmann : «C'est le club qui décide, pour l'instant ils ne sont pas trop pour»

A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 30 mai 2024 à 16h42

Antoine Griezmann s'est présenté ce jeudi en conférence de presse. Le vice-capitaine des Bleus a notamment évoqué son envie, toujours, importante, de participer à Paris 2024, même si l'Atlético de Madrid n'est pas favorable.

Antoine Griezmann veut, ou plutôt rêve, de disputer les prochains Jeux olympiques. Toutefois, sa présence lors du tournoi de football masculin (24 juillet - 9 août) sous la direction de Thierry Henry semble très compromise pour la simple et bonne raison que l'Atlético de Madrid n'est pas favorable à sa participation au tournoi olympique, qui commencera 10 jours après la finale de l'Euro 2024 en Allemagne. "Mon envie est toujours de  faire les JO, ce serait un rêve. C'est le club qui décide, pour l'instant ils ne sont pas trop pour. Ça va se décider dans les derniers moments mais ça ne mettra pas du tout mon avenir à l'Atlético en danger", a prévenu Griezmann, qui, à 33 ans, sait bien que ce pourrait être son dernier Euro.

Le style de l'équipe de France ? "C'est gagner et peu importe comment"

"Ça dépendra de mon niveau. Si j'ai encore le niveau sur le terrain, si mentalement ça suit et si le sélectionneur qui est présent me veut encore. J'ai toujours envie de continuer, de jouer pour l'équipe de France et de prendre du plaisir. Pour moi, c'est une immense fierté, c'est l'amour du maillot, l'amour de mon pays. Peu importe si on m'appelle pour être remplaçant ou pour jouer, je serai toujours là", a avancé le meilleur passeur de l'histoire de l'équipe de France, marqué par l'échec en 2016, face au Portugal en finale du tournoi qui s'était déroulé en France. "J'ai envie de gagner cet Euro. 2016, ça m'a fait mal, on était proches. Le dernier, ça se joue aux penalties. Je l'affronte avec de l'envie et de l'ambition. Il faudra le prouver sur le terrain. La clé, ce sera d'être une équipe solide, dure dans les duels", a observé Griezmann.

Sondé sur le style de l'équipe de France, il y est allé de manière franche. "C'est gagner et peu importe comment. Je pense que pour aller le plus loin possible, il faut avoir une très bonne défense. Et à partir de là tu as des Kylian Mbappé, des Ousmane Dembélé, des Marcus Thuram, des Randal Kolo Muani et Olivier Giroud qui peuvent marquer à n'importe quel moment. Je pense que c'est ça notre base : être costauds défensivement, rien donner à l'adversaire, et ensuite offensivement, dans des un-contre-un, des centres ou des tirs lointains, essayer de marquer... C'est chiant à regarder, mais bon c'est comme ça, ça fait gagner". Sur le plan plus personnel, il a assuré vouloir terminer sa carrière européenne à l'Atlético de Madrid. "Je suis bien là-bas, pour moi c'est une fierté d'y être. Je veux que ce soit mon dernier club en Europe", a jugé Griezmann, qui a par ailleurs défendu son capitaine, Kylian Mbappé, face à certaines critiques concernant sa saison au PSG et avec les Bleus, considérant positivement la fraîcheur de ceux qui n'ont pas beaucoup joué ces dernières semaines.

"Kylian, on peut dire ce qu'on veut, il marque"

"Kylian il a mis combien de buts? Il a pas fait une bonne saison? Les mecs..... S'ils n'ont pas beaucoup joué, alors ils auront les jambes fraiches. Kylian, on peut dire ce qu'on veut, il marque. Il n'y a pas que les stats, moi le premier je n'aime pas ça, mais 44 buts c'est énorme. A nous de le rendre heureux. On aura d'autres armes offensives. Défensivement et offensivement, on a de quoi faire. Tout le monde aura son rôle à jouer", a anticipé Antoine Griezmann, déterminé à mener les Bleus très haut.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.