Le pays de Galles enfonce la Turquie

Le pays de Galles enfonce la Turquie©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le mercredi 16 juin 2021 à 20h10

Ce mercredi soir, le pays de Galles a enfoncé encore un peu plus la Turquie, avec une victoire (2-0).



Le championnat d'Europe est bien lancé. Après une première journée de phase de poules conclue par le choc de très haut niveau entre les Bleus et l'Allemagne, la seconde démarrée sur un rythme soutenu, comme pour montrer que les nerfs se crispent à mesure que les styles s'affirment et que les destins se dessinent. Battue sans jouer contre l'Italie lors du lever de rideau (0-3), la Turquie a réalisé un vrai match de foot en seconde période contre le Pays de Galles, mais elle est tombée sur un os.

Le retour des cadres gallois

On ne savait pas vraiment sur quel pied danser avec ces Gallois, demi-finalistes de la dernière édition - il faut le rappeler. Le match de ce mercredi ensoleillé à Bakou a marqué le retour de ses deux leaders techniques et médiatiques, Gareth Bale et Aaron Ramsey. L'ancien joueur d'Arsenal a été l'homme à ressortir de cette rencontre, avec une activité énorme dans l'entrejeu et une vraie menace dans la zone de finition. C'est lui, dès les premières minutes, qui a été tout proche de trouver Bale sur un centre laser (7e). C'est lui, surtout, qui a douché tout le monde avec un très bel enchaînement contrôle-volée lorsque les deux hommes ont inversé les rôles, Bale endossant cette fois-ci le costume de passeur pour le but du 1-0 (42e).

Cet avantage, le Pays de Galles ne l'avait pas volé tant son premier acte a été cohérent. Avec un bon quadrillage du terrain et beaucoup de verticalité dans leur expression, les hommes de Robert Page ont bien appliqué leur plan. Daniel James a encore été très remuant sur le front de l'attaque, tandis que Moore a pesé par son jeu de fixation (13e). En réalité, il a presque fallu une mi-temps pour que la Turquie lâche vraiment les chevaux.

La Turquie pourra nourrir des regrets

Burak Yilmaz et sa bande sont donc revenus au retour des vestiaires avec un état d'esprit enfin conquérant. Symbole de cette abnégation, le buteur du LOSC a multiplié les appels, mais il lui a manqué son sang-froid made in Ligue 1 pour permettre à la Turquie de refaire surface, à l'image de cette incroyable opportunité loupée à bout portant dès l'entame de la seconde mi-temps (54e). Encore dangereux sur une remise astucieuse, Yilmaz a continué à faire passer des frissons dans la défense galloise (65e), au cœur d'un temps fort où les Turcs ont multiplié les assauts. En face, Ward a fait le show, à l'instar de cet arrêt parfait sur un coup de casque de Demiral (88e).

Dans une dernière demi-heure confuse où les esprits se sont chauffés, le Pays de Galles aurait aussi pu régler l'addition. Le succès de la formation britannique aurait été acquis plus tôt si Gareth Bale n'avait pas expédié dans les nuages un penalty qu'il avait lui-même obtenu (65e). Sans conséquence, car Bale s'est bien rattrapé en distillant un deuxième caviar, cette fois-ci à Roberts, pour sceller cette victoire dans les arrêts de jeu (2-0, 90e+4). Avec 4 points au compteur, le Pays de Galles voit son horizon se dégager. L'étau se resserre pour la Turquie, condamnée à battre la Suisse pour espérer accrocher l'une des places du meilleur troisième.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.