Euro 2024 : Güler détrône Ronaldo

A lire aussi

Faraj Benlahoucine, Media365, publié le mardi 18 juin 2024 à 22h51

Brillant ce mardi, et buteur également lors de ses débuts à l'Euro avec la Turquie, Arda Güler a confisqué un record de précocité à la légende Cristiano Ronaldo.

Le football européen peut se targuer de posséder une future génération exceptionnelle. Titulaire avec l'Espagne samedi, Lamine Yamal a battu le record de précocité pour un joueur participant à une rencontre de l'Euro à 16 ans et 338 jours. Pas plus jeune mais non moins doué, Arda Güler pourrait bien livrer ces prochaines années au prodige du Barça des Clasicos sensationnels. Pensionnaire du Real Madrid, le grand espoir du football turc a lui aussi battu un record incroyable ce mardi lors de la victoire de la Turquie face à la Géorgie (3-1) dans le groupe F de l'Euro 2024.

À 19 ans et 114 jours, Arda Güler n'a pas manqué sa première dans le tournoi continental, inscrivant un but extraordinaire. Légèrement excentré à droite de la cage adverse, le milieu offensif a décoché une frappe lumineuse dont la trajectoire s'est achevée dans la lucarne d'un Giorgi Mamardashvili totalement impuissant malgré son plongeon (65eme). En plus du bonheur de redonner l'avantage à sa sélection, le Madrilène a détrôné la légende Cristiano Ronaldo. Il est devenu le plus jeune buteur s'illustrant pour sa grande première lors d'un match de l'Euro.

Güler et Yildiz, des temps de passage décoiffants

En 2004, à l'occasion du match d'ouverture du Portugal à domicile contre la Grèce, CR7 avait 19 ans et 128 jours. Par ailleurs, Arda Güler a également fait le bonheur de la Turquie en raison d'un autre temps de passage des plus décoiffants. En compagnie de Kenan Yildiz (19 ans et 45 jours) qui porte quant à lui les couleurs de la Juventus, ils étaient deux à ne pas avoir encore soufflé leur vingtième bougie. Ce n'est que la seconde fois de l'histoire qu'une nation aligne deux "gamins" à l'Euro nous apprend Opta Jean. La toute première au 21eme siècle. Pour retrouver trace d'une telle précocité collective, il faut remonter à 1964 lorsque la Hongrie avait fait jouer Ferenc Bene et Zoltan Varga.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.