CM 2022 : Le jeu vidéo FIFA avait vu l'Argentine et réussit le quatre à la suite

A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le lundi 19 décembre 2022 à 19h36

Les Argentins champions du monde ? FIFA 23 le savait depuis le début du mois de novembre, près de deux semaines avant le début de ce Mondial 2022. Un quatrième bon pronostic de rang pour le jeu vidéo phare d'EA Sports.

Les prédictions officielles effectuées par EA Sports sur son jeu vidéo FIFA, le logiciel le plus réputé depuis 25 ans sur les diverses consoles à travers les générations, se sont encore avérées fameuses. Après l'Espagne en 2010, l'Allemagne en 2014 et la France en 2018, la simulation effectuée avant le Mondial 2022 avait cette fois désigné l'Argentine comme championne du monde. Troublant, voire même inquiétant, alors que ces hypothèses purement informatiques avaient aussi prévu en 2018 une demi-finale France - Belgique et donc une élimination préalable du Brésil par la Belgique en quarts de finale (ce qui allait globalement à l'encontre des pronostics)...

Messi devait finir meilleur buteur devant Mbappé

Cependant, et fort heureusement, FIFA 23 n'avait pas non plus tout imaginé de la bonne manière : si le jeu vidéo avait tout de même vu une victoire de la France contre la Pologne en huitièmes de finale (une des quatre seules bonnes affiches du tableau final, avec Brésil - Corée du Sud et Portugal - Suisse en huitièmes, ainsi que Pays-Bas - Argentine en quarts), ce sont les Etats-Unis qui étaient censés se dresser face aux Bleus en huitièmes de finale (1-0), avant une demie contre l'Argentine qui était en réalité impossible - puisque les deux pays avaient terminé en tête de leur poule, comme dans la vraie compétition.


L'Albiceleste n'en gagnait pas moins 1-0, le même score sur lequel elle était ensuite sacrée face au Brésil. Les Français, eux, étaient troisièmes après une victoire devant le Portugal lors de la petite finale (4-2). Pas de Maroc, éliminé dès les poules selon la simulation... La Belgique devait être éliminée en quarts par l'Allemagne, qui devait elle-même subir un 3-0 en quarts face au Brésil. Lionel Messi, lui, devait finir meilleur buteur avec huit unités. Ce n'était pas si loin non plus, mais selon FIFA, Kylian Mbappé devait rester bloqué à six buts à égalité avec Memphis Depay. Karim Benzema, enfin, terminait meilleur passeur avec trois passes décisives.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.