Al Khater, le président du Mondial 2022, contre-attaque

Al Khater, le président du Mondial 2022, contre-attaque©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 13 octobre 2022 à 19h44

Les Européens feraient mieux de se mêler de leurs affaires à propos des travailleurs sur les chantiers au Qatar. C'est l'avis du patron du comité d'organisation du Mondial qui fait aussi le point, notamment, sur la vente et la consommation d'alcool.



Au vu des attaques de toutes parts concernant l'organisation de son Mondial 2022, difficile pour le Qatar de se défendre face à certaines évidences du point de vue occidental. Le président du comité d'organisation, Nasser Al Khater, a pris la parole pour essayer de plaider sa cause (pour Sky News) : "Le Qatar est toujours victime de rumeurs. Chacun est libre de penser ce qu'il veut, beaucoup de critiques sont injustes et sans fondement. On travaille dur depuis dix ans, nous sommes très contents des évolutions." Amnesty International, au milieu de ses nombreuses critiques qui perdurent, ne dément d'ailleurs pas ces progrès (réformes sociales, système d'indemnisation).

"Beaucoup de gens devraient se concentrer sur leur équipe"

Le patron de la Coupe du monde à venir, la première de l'histoire à ne pas se disputer en été, appelle aussi à ne pas récupérer l'événement. "C'est un tournoi sportif, les gens veulent venir et profiter. Je ne pense pas que ce soit bon pour le sport de le transformer en une plateforme de revendication politique. Beaucoup de gens parlent de compensations pour les travailleurs migrants, mais ils devraient plutôt se concentrer sur leur équipe. Ce ne sont pas des experts de l'industrie, ils ne sont pas experts de ce sujet..."


Si on dit que la meilleure défense, c'est l'attaque, il n'est vraiment pas certain que cette stratégie de communication soit la plus encline à calmer les ardeurs... Concernant le brassard arc-en-ciel, que certains capitaines porteront en soutien à la communauté LGBT, le dirigeant qatarien confirme enfin que ce sera permis, de même que les drapeaux du même genre en tribune. De même que la vente de bière à l'extérieur des stades, trois heures avant les matchs et jusqu'à une heure après - mais il est interdit de consommer sur la voie publique. Des zones pour décuver seront officiellement mises en place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.