CAN : Le Cameroun sous pression

CAN : Le Cameroun sous pression©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le mercredi 24 novembre 2021 à 16h05

La Confédération africaine de football a mis en garde le Cameroun, pays organisateur de la prochaine CAN, et fait part de ses "sérieuses inquiétudes".

À moins de deux mois du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des Nations, le courrier a fait l'effet d'une petite bombe au Cameroun. Le 17 novembre dernier, le secrétaire général de la CAF, Véron Mosengo, a adressé une série de griefs précis au pays organisateur de cette 33e édition, afin de faire part de ses « sérieuses inquiétudes concernant l’organisation du tournoi ». Le dirigeant énumère six points et précise pour chacun l’action attendue par l'instance confédérale. Le premier concerne le stade d'Olembé, et particulièrement l'avancement des travaux à l'extérieur de l'enceinte.

Le match d'ouverture délocalisé ?

« Je suis navré de constater que malgré les nombreuses visites, notamment celle du Président et du Secrétaire Général de la CAF et du vice-président de la CAF et les promesses qui ont suivi, les actes n’ont pas suivi, peut-on lire dans ce courrier reproduit par divers médias camerounais. S'agissant du stade d’Olembe, sachez que si tout n’est pas réglé d’ici au 30 novembre 2021, le match d’ouverture (entre le Cameroun et le Burkina Faso, le 9 janvier, ndlr) aura lieu ailleurs. Des dispositions sont d’ores et déjà prises dans ce sens, mais ce serait malheureux pour le Comité d’Organisation, pour la CAF et pour le Cameroun. »

Les protocoles Covid parmi les griefs

Le programme de maintenance des pelouses, et les protocoles Covid viennent ensuite. Véron Mosengo indique que la CAF est toujours dans l'attente d'un courrier des autorités sanitaires du pays concernant les mesures envisagées, au sujet notamment des jauges pour le public des rencontres dans les différents stades. Est également pointé du doigt le manque de suivi de l'audit des stades. Le document réclame une application rapide des recommandations relatives au suivi des travaux d'aménagement émises à l'issue de la visite d'inspection effectuée dans la première quinzaine d'octobre. De quoi mettre un bon coup de pression au Cameroun, qui se prépare au retour de la CAN sur ses terres après cinq décennies d'absence.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.