L'invitation culottée lancée par Macron à Mbappé

L'invitation culottée lancée par Macron à Mbappé©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le lundi 23 juillet 2018 à 16h10

Quelques jours après la fin du Mondial-2018 en Russie où il fut une des révélations, Kylian Mbappé profite de ses vacances. Mais avant cela, il a accordé plusieurs interviews, dont une à France Football où l'on apprend quelques anecdotes dont une concernant le président de la République.

Vacances ou non, pas de langue de bois pour Kylian Mbappé.

L'attaquant français, révélation du Mondial en Russie, se repose après son titre de champion du monde en poche. Mais avant son départ, il a n'a pas manqué à la traditionnelle tournée des médias. Et c'est dans un entretien à France Football que le Parisien s'est confié longuement. On y apprend notamment que lors de la venue d'Emmanuel Macron à Moscou, le président de la République lui a fait une demande un peu particulière. "Il a même réussi à placer qu'il faudrait que j'aille jouer un jour à Marseille. Je lui ai répondu que c'était irréalisable !", avoue-t-il non sans humour.



Dans cet entretien, l'on apprend aussi que l'attaquant français s'est blessé (déplacement de trois vertèbres) avant la demi-finale face à la Belgique. C'est grâce à toute la solidarité au sein du groupe que l'information ne s'est pas ébruitée. "L'essentiel, en fait, était de ne surtout pas alerter nos adversaires, car ils auraient pu en profiter pour m'attaquer sur cette zone sensible. C'est pourquoi avec le staff et les joueurs on a tout caché. Même pour la finale."

"J'encaisse bien"

Toujours sans langue de bois, Kylian Mbappé évoque le Ballon d'Or et se voit même dans le Top 5 : "Même si, dans mes favoris, je mettrais forcément Cristiano Ronaldo. Il y aurait aussi Luka Modric, Raphaël Varane qui a tout gagné, et Neymar, qui a fait une bonne Coupe du monde et ne doit pas être réduit à l'homme des plongeons. Et pour compléter, je me mettrais."

Enfin, le joueur de 19 ans se confie sur sa relation avec Didier Deschamps. Une relation de confiance avec le sélectionneur qui ne l'a pas quitté durant toute la compétition. "On a été voisins pendant toute la compétition. On était à cinq mètres l'un de l'autre. Donc, c'est moi qui prenais. J'y ai eu le droit à tous les matches." Et d'ajouter. "Mais il sait qu'il peut taper sur moi. J'encaisse bien."

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU