GP de Bahreïn : Le rapport sur l'accident de Grosjean rendu public

GP de Bahreïn : Le rapport sur l'accident de Grosjean rendu public©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 06 mars 2021 à 18h05

Au terme d'une enquête minutieuse, la FIA a dévoilé ce vendredi le rapport d'enquête sur l'accident subi par Romain Grosjean lors du GP de Bahreïn, établissant les circonstances mais surtout les leçons de cet événement.



La FIA a tenu son engagement. Alors que la Fédération Internationale de l'automobile avait assuré en décembre que le rapport de l'enquête sur l'effroyable accident dont Romain Grosjean a été victime serait publié sous six à huit semaines, la communication a été faite ce vendredi au travers d'un communiqué. Survenu le 29 novembre dernier à l'occasion du Grand Prix de Bahreïn, cet accident a vu le pilote français s'en sortir quasiment indemne de manière pas loin d'être miraculeuse. Cette enquête, dont l'objectif était « d'identifier les facteurs qui ont contribué aux conséquences de l'accident, ainsi que d'autres facteurs tertiaires qui n'ont pas influencé sa gravité, mais qui ont néanmoins fourni des enseignements précieux pour les efforts continus de la FIA visant à améliorer la sécurité dans le sport automobile » a permis de mettre en lumière les circonstances exactes de l'embrasement de la Haas de Romain Grosjean. Tout d'abord, la FIA a livré les données brutes, même brutales, de l'accident. Le Genevois a perdu le contrôle de sa monoplace après un contact avec l'AlphaTauri de Daniil Kvyat à 241km/h avant d'heurter les rails de sécurité à 192km/h. La force maximale lors de cet accident a été de 67 G alors que Romain Grosjean n'a pu s'extraire de sa monoplace que 27 secondes après un accident qui aurait pu lui coûter la vie.

Toutes les mesures de sécurité ont fonctionné pour la FIA

Comme les images de l'accident ont pu très vite le montrer, la VF-20 s'est disloquée en deux morceaux, avec la cellule de survie encastrée dans le rail et la partie moteur qui s'en est séparée, choc qui a également endommagé la batterie de la monoplace. La FIA est alors revenue sur les circonstances qui ont permis l'embrasement de la grande quantité de carburant présente à bord de la monoplace. La fuite est essentiellement liée au déplacement de la trappe installée sur le côté gauche du châssis tout comme la vessie de sécurité, élément qui permet de maintenir le réservoir hermétique. « Le feu a pris à l'arrière de la cellule de survie dans les derniers moments de l'impact avec la barrière avant de se propager vers l'avant, en direction du pilote », confirme la FIA dans son rapport. Concernant la sécurité de Romain Grosjean, la FIA confirme que les éléments de sécurité tels le hans et le halo « ont tous joué le rôle prévu selon leur spécification en protégeant l'espace de survie du pilote et en gérant les forces appliquées au pilote durant l'impact ». Quant aux circonstances dans lesquelles le Français a pu se sortir du brasier, le rapport confirme que « la position dans laquelle se trouvait la cellule de survie par rapport au rail supérieur a significativement restreint l'espace permettant au pilote de sortir », avec notamment son pied gauche qui était bloqué dans le cockpit par des débris.


La FIA compte apprendre de cet accident

Si Romain Grosjean a pu s'en sortir vivant, c'est également grâce à l'intervention du Dr Ian Roberts et d'Alan van der Merwe qui, profitant d'une voie de dégagement à l'intérieur du premier virage du circuit de Bahreïn, ont pu être sur place au bout de onze secondes. Ce rapport détaillé, venant s'ajouter à celui établi à l'issue de 18 autres accidents ayant eu lieu en 2020, va permettre à la FIA de revoir ses exigences en terme de sécurité, notamment concernant la cellule de survie, l'assemblage de l'appui-tête qui encadre le casque du pilote mais également les standards de sécurité des réservoirs, dont notamment la compatibilité du matériau et du carburant. Concernant les circuits, alors que celui de Bahreïn a été critiqué pour avoir un rail dont l'angle était en direction de la piste, ces installations seront revues par la FIA. A cela s'ajoute de nouvelles exigences de résistance au feu pour les casques, notamment concernant les systèmes d'ouverture des visières. Alors que Romain Grosjean a heurté Daniil Kvyat qui était dans un angle mort, la FIA a lancé une étude concernant la faisabilité d'un système d'alerte de proximité et d'aide à la visibilité. De son côté, l'écurie Haas a confirmé avoir effectué des modifications sur sa VF-21 avec une trappe à carburant qui ne sera plus solidaire du châssis et un appui-tête aux dimensions revues à la baisse, ce dernier ayant retardé l'extraction de Romain Grosjean. Si rien ne pourra éviter qu'un tel accident se reproduise, les instances comptent tout faire pour en minimiser les conséquences à l'avenir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.