Une évacuation des spectateurs qui passe mal

Une évacuation des spectateurs qui passe mal©Media365

Marie Mahé, Media365 : publié le jeudi 10 juin 2021 à 09h20

Ce mercredi soir, à Roland-Garros, le quart de finale entre Novak Djokovic et Matteo Berrettini s'est terminé à huis clos., en raison du couvre-feu passé à 23h00. L'évacuation des spectateurs ne s'est pas faite sans bruit.



C'était plus ou moins attendu. Ce mercredi soir, pour la première et dernière fois de cette édition 2021 de Roland-Garros, la night session s'est jouée devant du public, avec environ 5000 personnes. Pour faire en sorte que ce dernier puisse en profiter au maximum, ce fameux dernier match de la journée n'avait d'ailleurs pas débuté à 21h00, comme c'est le cas depuis le coup d'envoi de cette quinzaine, mais bel et bien à 20h00. Les deux heureux élus à avoir donc pu se produire devant du public ont été le Serbe Novak Djokovic, numéro un mondial et tête de série n°1, et l'Italien Matteo Berrettini, 9eme joueur mondial et tête de série n°9, qui s'affrontaient au stade des quarts de finale des Internationaux de France. Au bout de seulement 1h30 de jeu, le Serbe avait alors déjà empoché les deux premiers sets (6-3, 6-2).

« Remboursez »

A ce moment-là, dans les tribunes, tout le monde se disait certainement qu'il allait pouvoir assister à l'ensemble de cette rencontre, avant de regagner tranquillement son domicile. Finalement, il n'en a donc rien été. En effet, c'est bel et bien l'Italien qui a arraché la troisième manche, au bout du tie-break (6-7 (5)). L'horloge indiquait alors 22h30 et une première annonce a été effectuée, demandant au public de quitter le court Philippe-Chatrier. Une annonce huée et si certains sont alors partis, de nombreuses personnes ont préféré rester. A 22h45, dans la quatrième et dernière manche, Novak Djokovic menait alors 2-1 et une nouvelle annonce a été effectuée. Mais là encore, elle a été huée. A 22h55, le numéro un mondial menait 3-2 et c'est à ce moment-là que le superviseur est entré sur le court afin de demander aux deux joueurs de partir. La rencontre étant alors interrompue, cela a fini par convaincre les dernières personnes présentes à partir, même si les derniers à résister sont allés jusqu'à attendre la sécurité, à coups de « Remboursez », « Forget démission » ou encore « Merci Amazon. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.