Nadal défend les médias après l'affaire Osaka

Nadal défend les médias après l'affaire Osaka©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 28 mai 2021 à 16h07

S'il n'a pas voulu critiquer la décision de Naomi Osaka, qui a décidé de boycotter la presse pendant Roland-Garros, Rafael Nadal estime pour sa part que les médias sont très importants pour le tennis.



Le boycott de Naomi Osaka, qui a annoncé qu'elle refuserait de répondre aux médias pendant Roland-Garros pour préserver sa santé mentale, n'en finit plus de faire des vagues. "Une erreur phénoménale" pour le nouveau président de la FFT, Gilles Moretton, qui estime que cette décision de la Japonaise n'est "pas acceptable". Moins virulent, Guy Forget, le directeur du tournoi parisien, juge tout de même que ce choix est "un peu maladroit". La WTA prône elle le dialogue avec la numéro deux mondiale, tout en lui rappelant ses responsabilités, vis-à-vis des fans, et du public. Et si des sportifs - retraités - lui ont apporté leur soutien, comme l'ancien champion de F1 Nico Rosberg ou l'ex-tenniswoman Zina Garrison, c'est plus que mitigé sur le circuit.

Barty : "Cela ne m'empêche pas de dormir"

"Je la respecte, bien sûr, en tant qu'athlète et pour sa personnalité. Je respecte sa décision, a ainsi déclaré Rafael Nadal en conférence de presse. Nous devons être prêts à accepter les questions, et à essayer d'y répondre. Sans ceux qui écrivent et relatent ce que nous faisons à travers le monde, nous ne serions probablement pas les sportifs que nous sommes aujourd'hui. Pour moi, les médias sont une composante très importante de notre sport." Un avis partagé par la gagnante de l'édition 2019, Ashleigh Barty. "Les conférences de presse font partie du travail. Bien sûr, c'est un moment qui peut être difficile. Mais ce n'est pas quelque chose qui me préoccupe. Je n'ai jamais eu de problème à répondre aux questions ou à être honnête avec vous. En tout cas, moi, cela ne m'empêche pas de dormir. J'essaye de m'amuser un peu avec vous, mais je pense que pour chacun, c'est différent. Je ne peux pas commenter la décision de Naomi, ce qu'elle ressent. Il faudra lui poser la question à elle." Mais les médias en auront-ils l'occasion ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.