Open d'Australie : "Pas de limite" pour Cornet

Open d'Australie : "Pas de limite" pour Cornet©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le samedi 22 janvier 2022 à 10h45

De retour en huitièmes de finale de l'Open d'Australie pour la première fois depuis 2009, le jour de son 32e anniversaire, Alizé Cornet savoure, mais ne veut pas s'arrêter là.



Et dire que, comme Adrian Mannarino, Alizé Cornet s'interroge sur la suite de sa carrière, se demandant même si cet Open d'Australie n'est pas son dernier... Au lendemain de la qualification du Francilien, qui a rejoint Gaël Monfils en huitièmes de finale de cet Open d'Australie, Alizé Cornet, le jour de son 32e anniversaire, a fait de même dans le tableau féminin, grâce à une victoire renversante face à la Slovène Tamara Zidansek (4-6, 6-4, 6-2 en 2h43), tête de série numéro 29 et demi-finaliste du dernier Roland-Garros. Opposée au prochain tour à Simona Halep, la Niçoise, 61e mondiale, peut décrocher son premier quart de finale en Majeur, pour sa 60e participation consécutive à un tournoi du Grand Chelem.

"Une super histoire"

"J'ai vraiment passé un super moment sur le court, avec le public qui me soutenait. Je veux remplir mon cœur avec toute cette énergie, sans penser que je pourrais enfin décrocher le quart de finale que je veux depuis 15 ans. On verra comment ça se passe. Je vais continuer à donner le meilleur de moi sur le court. Si ça arrive, c'est super. Sinon, ce sera quand même incroyable tout ce que j'ai pu vivre jusque-là", a-t-elle ensuite réagi, évoquant également ce deuxième huitième de finale à Melbourne, elle qui avait éliminée au même stade par Dinara Safina en 2009. "Je trouve que c'est une super histoire et je n'ai pas envie de me mettre de limite, je n'ai pas envie de faire les mêmes erreurs qu'il y a treize ans. Ça sert à ça l'expérience, à avoir un peu plus de recul et à se connaître mieux", confie-t-elle également, rapporte L'Equipe.


Si elle admet que "le résultat va beaucoup compter" dans sa réflexion sur la suite de sa carrière, elle vise plus loin que les quarts de finale : "Ce n'est pas un rêve, c'est juste une ambition qui est complètement plausible. Un rêve c'est quelque chose d'utopique, qui n'arrivera jamais, alors que d'aller plus loin que le quart dans un Grand Chelem, j'y pense depuis que j'ai 19 ans, même avant. Évidemment que je veux aller loin dans un Grand Chelem, j'ai gardé cette idée en tête pendant toutes ces années et quand je vois que je tiens encore la route physiquement et qu'il y a des choses qui se mettent bien en place mentalement, ça me donne envie de retenter ma chance." Simona Halep, dominée à trois reprises en quatre affrontements face à la Française, est prévenue...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.