ATP : Moretton fait le point sur la formation française

ATP : Moretton fait le point sur la formation française©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le samedi 14 mai 2022 à 14h45

Alors que le tennis tricolore vit une période compliquée depuis quelque temps, le président de la FFT Gilles Moretton aimerait revoir la formation française durant son mandat.



Alors que l'édition 2022 de Roland-Garros approche à grands pas (22 mai - 5 juin), l'heure est au bilan pour le tennis français. Si l'année 2022 avait plutôt bien débuté avec le quart de finale de Gaël Monfils à l'Open d'Australie, la suite a été bien plus compliquée pour les divers protagonistes. Pour preuve, il n'y a actuellement aucun représentant tricolore dans le top 20 au classement ATP. Ils sont pour l'heure seulement deux dans les 50 premiers (Monfils 21eme et Humbert 44eme). Chez les filles, le constat est encore pire avec Alizé Cornet 39eme mondiale et première bleue au classement WTA. Alors que d'autres pays ont vu des pépites éclore dernièrement, telles Iga Swiatek ou Carlos Alcaraz, la formation française est en quête de solutions. « Privilégions la formation plutôt que la sélection. Dans le mandat précédent, il fallait gagner très tôt. Techniquement, vous allez jouer un jeu qui ne vous permettra pas de gagner plus tard », a notamment reconnu Gilles Moretton à ce sujet.

Moretton veut retenir les leçons du passé

« Le modèle Alcaraz, on ne peut pas le copier. Tout est aligné, c'est fabuleux. C'est bien si on gagne très jeune mais il ne faut pas se focaliser sur ces profils. (...) Je vais prendre un exemple concret : Maxime Cressy est un produit parisien, derrière il a voulu jouer son propre jeu. On lui a imposé un modèle à la française donc il s'est barré aux Etats-Unis, dont il a pris la nationalité, a également expliqué le président de la Fédération française de tennis (FFT), lors d'une émission sur RMC ce samedi. Il faut rouvrir des pôles régionaux pour éviter de délocaliser les gamins et créer des émulations. Il faut arrêter de faire du un contre un dès l'âge de 10 ans. Le maître mot à la fédération, c'est progresser. » Conscient du problème que traverse la France, Moretton semble donc à la recherche d'un nouveau modèle pour que le tennis tricolore retrouve de sa superbe à l'avenir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.