Exil fiscal : Lucas Pouille sans langue de bois

Exil fiscal : Lucas Pouille sans langue de bois
A lire aussi

6Medias, publié le lundi 31 octobre 2016 à 19h26

Pas de langue de bois pour la nouvelle coqueluche du tennis français. À 22 ans, Lucas Pouille incarne la relève.

Sa victoire spectaculaire sur Rafael Nadal à l'US Open l'a propulsé sous les projecteurs du grand public, dont les yeux sont désormais rivés sur son prochain exploit. Interrogé par le Journal du dimanche sur les raisons de son installation à Dubai, Lucas Pouille s'explique le plus simplement du monde : "La question de la fiscalité a compté, inutile de le cacher, mais la raison première est sportive. " Le 17eme joueur mondial explique s'y être entrainé une semaine avec Federer en février 2015, et s'y être senti bien. Deux mois plus tard, il décide alors de s'y installer. Dubai lui permet de s'isoler, mais présente aussi l'avantage du climat.



En effet, "le premier grand chelem, l'open d'Australie, se joue au soleil " explique-t-il, ajoutant que si la fiscalité était son unique motivation, il aurait été s'installer en Suisse. "J'étais alors 95e mondial. Avec un tel classement, il n'y a pas grand-chose à gagner fiscalement. "

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU