Pau : Tagitagivalu suspendu trois semaines

Pau : Tagitagivalu suspendu trois semaines©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, Media365, publié le jeudi 23 septembre 2021 à 10h32

Exclu le 11 septembre dernier face au LOU, Lekima Tagitagivalu devra attendre le 3 octobre prochain pour retrouver les pelouses de Top 14. Le troisième ligne fidjien de Pau a écopé de trois semaines de suspension.


La LNR ne rigole pas avec les plaquages mal maîtrisés, quand ils ne sont pas délibérément violents. Lekima Tagitagivalu en a fait à son tour l'amère expérience mercredi. Convoqué mercredi matin devant la commission de discipline de la Ligue nationale de rugby, le troisième ligne de Pau en est ressorti avec trois semaines de suspension. Le Fidjien devra donc patienter jusqu'au dimanche 3 octobre pour retrouver les pelouses du Top 14. La Section n'ayant aucun match de prévu ce jour-là (les Palois se déplaceront à Perpignan le samedi 2 octobre pour le compte de la 5eme journée de championnat), Tagitagivalu devra donc en réalité attendre le samedi 9 octobre (6eme journée de Top 14) à l'occasion du déplacement de son équipe sur le terrain du champion de France et d'Europe en titre Toulouse pour faire son retour. Le troisième ligne de 25 ans avait été exclu le 11 septembre dernier lors du match entre Pau et Lyon dans le Béarn (victoire 21-17 des Palois) pour un plaquage épaule en avant qui avait trouvé sur sa route de manière extrêmement dangereuse le visage de l'ailier lyonnais Xavier Mignot.

Une sanction réduite 

Dans un premier temps, le Fidjien avait été suspendu à titre conservatoire et avait manqué le match de la semaine dernière à Brive (victoire 30-13 des Corréziens). Tagitagivalu espérait pouvoir convaincre les membres de la commission de discipline, mercredi matin, de la non-intentionalité de son geste. Les décideurs ont entendu le discours du Palois, sans pour autant l'excuser. Le joueur a ainsi été "reconnu responsable de jeu dangereux" pour avoir "plaqué un adversaire par anticipation, à retardement ou de manière dangereuse". La sanction, plus lourde initialement, a toutefois été réduite "après prise en compte des circonstances atténuantes (reconnaissance de la culpabilité, casier disciplinaire vierge, conduite avant et pendant l'audience, expression de remords)". Pas sûr que cela consolera pour autant vraiment l'intéressé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.