Ligue des Champions : Le Real Madrid s'est encore bien rattrapé

Ligue des Champions : Le Real Madrid s'est encore bien rattrapé©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 27 octobre 2020 à 23h40

Dans le reste de cette nouvelle soirée de Ligue des Champions, le Real Madrid a notamment arraché le match nul contre le Borussia Mönchengladbach (2-2).



Une embellie sans lendemain : voici l'image qui hantait les socios du Real Madrid quand la Maison Blanche se fissurait à nouveau, trois jours après un succès sur fond de polémique dans le Clasico (3-1). Mais les Merengue ont eu un sursaut d'orgueil, un vrai, pour arracher un nul à la saveur d'une victoire (2-2) au terme d'un match où ils auront remis les pieds dans le cambouis contre un adversaire beaucoup plus cohérent que ce Barça, qui n'a plus rien d'un mètre-étalon.

Le Real revient de nulle part

Il faudra retenir la grande prestation de Marcus Thuram, fils d'un ancien compère de Zinédine Zidane - le hasard d'une vie de football. Du haut de ses 23 ans, l'attaquant français s'était presque occupé de tout pour bonifier le plan du Borussia. C'est lui qui a débloqué la situation à la demi-heure de jeu en reprenant un centre tendu d'Alassane Pléa, l'autre Frenchie de la formation allemande (1-0, 33e). Et c'est lui, encore, qui a repris un ballon mal repoussé par Thibaut Courtois sur une frappe sèche du même Pléa (2-0, 58e).

Mais c'était sans compter sur la révolte des hommes de Zinédine Zidane - un entraîneur qui ne marche pas seul dans la tempête. Après l'entrée en jeu d'un Hazard enfin tranchant, les Madrilènes ont trouvé les ressources mentales pour refaire surface sur le fil. Une fois de plus, Karim Benzema sera à créditer de la meilleure note grâce à son retourné victorieux pour la réduction du score (1-2, 87e). Le but de l'espoir, avant celui de la libération signé Casemiro, au bout de la nuit, servi par un Ramos encore décisif (2-2, 90e+3). Le Real Madrid vit encore. Il le fallait, avant de défier l'Inter, autre épouvantail en difficulté après son nul contre Donetsk (0-0). Ces cinq derniers jours seront fondateurs pour la suite.

Liverpool au petit trot

Dans le groupe D, un autre lauréat récent, Liverpool, s'offre un parcours beaucoup plus tranquille avant les grands cols. Jürgen Klopp s'est offert le luxe de remanier son équipe dans de larges proportions pour ce qui s'apparentait au match le plus facile de ce premier tour, contre les modeste Danois du FC Midtjylland (2-0). Comme contre l'Ajax, le champion d'Angleterre n'a pas affiché un visage flamboyant. Il a même fallu attendre le second acte et un mouvement collectif de haut vol conclu par le jeune Jota pour voir les Reds passer devant (1-0, 55e). Entré en jeu, Mohamed Salah a ensuite fait le break dans les dernières secondes sur penalty (2-0, 90e+3). Sobre et efficace. Sans plus.

Il fallait s'attendre à une rencontre un peu plus débridée dans l'autre match de cette poule D, où le ballon est toujours choyé. L'Atalanta et l'Ajax se sont livrés un combat passionnant (2-2). Bergame aurait pu en sortir vainqueur, au point, mais la Dea a manqué de réalisme dans les deux zones de vérité. C'est même l'Ajax qui a pris les devants en exploitant des erreurs assez grossières en première mi-temps, Tadic ouvrant le score sur un penalty provoqué par Lassina Traoré (0-1, 30e), lui-même buteur dans la foulée après une bourde de Marco Sportiello (0-2, 38e). Mais l'Atalanta reste l'Atalanta. Les hommes de Gasperini ont retrouvé leurs esprits pour égaliser en deux temps, trois mouvements avec un doublé de Zapata (54e, 60e). Tout ce beau monde a eu sa chance dans une folle dernière demi-heure, mais le score n'a pas évolué (2-2). Avec 4 points, l'Atalanta talonne Liverpool dans ce "groupe du jeu."

Il faudra aussi noter la réaction de l'Atlético de Madrid après sa débâcle à Munich. La bande à Simeone a forcé sa nature - personne ne s'en plaindra - pour venir à bout d'une coriace équipe de Salzbourg (3-2). Marcus Llorente avait ouvert le score avant que les Colchoneros ne concèdent deux buts coup sur coup. C'est le jeune et très cher Joao Felix qui a joué les sauveurs en s'offrant un doublé en seconde période. Enfin, dans le groupe de l'OM, Porto a dompté l'Olympiakos (2-0) pour se replacer et laisser le club phocéen seul quatrième. Plus que ce classement, qui n'est qu'une photographie, ce sont les impressions laissées par les uns et les autres qui appellent à un triste constat : pour le moment, l'OM n'est pas invité au bal.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.