Rennes - Genesio : "Les entraîneurs français sont sous-cotés"

Rennes - Genesio : "Les entraîneurs français sont sous-cotés"©Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le jeudi 15 avril 2021 à 19h30

Les récentes déclarations de Pablo Longoria, le président de l'Olympique de Marseille, ne plaisent pas à Bruno Genesio. L'entraîneur de Rennes a donné son point de vue sur l'image des coachs français, ce jeudi en conférence de presse.


Lundi, le président de l'Olympique de Marseille, Pablo Longoria, s'était exprimé dans les colonnes d'El País, remettant largement en cause la formation en France, et le rôle des entraîneurs. "En France, il n'y a pas un modèle français de jeu. Objectivement, si l'on analyse l'ensemble du globe, c'est l'un des pays qui exporte le moins d'entraîneurs. Ils ne vendent pas d'idées collectives", avait notamment analysé le dirigeant du club phocéen. Ce jeudi, Bruno Genesio, le coach de Rennes, lui a répondu, avant le match de son équipe à Angers, samedi en Ligue 1 (12h45).

"Même Zidane n'est pas mis en avant"

Le natif de de Lyon a exprimé son profond désaccord sur la question. "Les entraîneurs français sont sous-cotés, j'ai encore lu une déclaration d'un président d'un grand club (Pablo Longoria, ndlr) qui a dévalorisé la formation française et je m'élève contre ça. Nous, entraîneurs français, on n'est pas suffisamment solidaires par rapport à ça. Quand je vois ce que fait Stéphane (Moulin), David Guion à Reims, Michel Der Zakarian à Montpellier par exemple, quand on ramène au budget et à l'effectif qu'il y a, et on peut aussi parler d'Olivier Dall'Oglio (à Brest, ndlr), il y a plein d'exemples de coaches français qui font très bien leur travail. Or, ils ne sont pas mis en avant, car ils n'ont pas la carte", a commenté l'entraîneur de Rennes.


Clarifiant son propos sur "la carte" en question, il a focalisé sa réponse autour d'un "look", d'une "façon de parler" et d'un "réseau". Un ensemble qui, selon lui, incite les médias à "faire toute une montagne" d'un coach par rapport à un autre. Avouant cependant le défaut net d'un manque de compétence dans la maîtrise des langues étrangères pour les entraîneurs français, il a jugé que Zinédine Zidane n'était pas assez valorisé, incluant aussi Didier Deschamps comme un autre contre-exemple. "Même lui n'est pas mis en avant, je trouve, par rapport au travail qu'il a fait et à ce qu'il a gagné par rapport à d'autres entraîneurs étrangers. Zizou, je trouve qu'on n'en parle pas beaucoup par rapport au palmarès qu'il a."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.