Angers se fait rattraper par la DNCG

Angers se fait rattraper par la DNCG

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 25 novembre 2022 à 20h30

Les problèmes financiers se font à nouveau jour du côté d'Angers, que la DNCG rappelle à l'ordre en vue du mois de janvier où il faudra se serrer la ceinture lors du marché des transferts. Et se serrer les coudes, aussi, au vu de la situation sportive.


La trêve du Mondial est décidément mouvementée à Angers. Alors que l'entraîneur Gérald Baticle vient d'être licencié dans un contexte opaque, le club voit sa masse salariale encadrée pour le prochain marché des transferts, celui du mois de janvier, ainsi que sa capacité globale d'investissement. La DNCG (Direction Nationale de Contrôle de Gestion) a sévi, comme elle l'a fait à l'égard d'Annecy en Ligue 2, mais pas contre Ajaccio, Clermont (Ligue 1), Bordeaux, Saint-Etienne, Laval (Ligue 2) et Dunkerque (National) qui étaient également dans le viseur du fameux gendarme financier du football français.

Chabane : "On ne peut pas construire un tel outil si c'est pour rester dans notre train-train"

Lanterne rouge avec huit petits points, à cinq unités du seizième et premier non-relégable Brest, le SCO est de plus en plus candidat tout désigné à la descente. Les Angevins sont remontés parmi l'élite en 2016, sous l'impulsion de leur coach historique Stéphane Moulin (parti depuis à Caen) et déjà du sulfureux président Saïd Chabane, visé par sept plaintes pour agression sexuelle dans le cadre de sa fonction (selon les informations relayées par RMC Sport et Le Courrier de l'Ouest).


Le club devait être racheté cet été par un groupement de fonds américain, mais finalement non, ce que le patron angevin avait justifié ainsi : "Ce qui était prévu au départ ne peut plus se faire, puisqu'un des fonds s'est retiré du groupement. Je ne veux pas que ce soit le déluge après moi. En annonçant l'ouverture du capital, on voulait trouver quelqu'un qui donne un nouvel élan au club. S'ils n'ont pas les moyens de racheter, comment faire passer un palier ?" L'année de l'inauguration de la nouvelle tribune du stade Raymond-Kopa, les soucis s'amoncellent, alors que le dirigeant voulait en début de saison "changer de dimension" : "On ne peut pas prévoir l'avenir, en construisant un tel outil, si c'est pour rester dans notre train-train." Moins de quatre mois plus tard, il aimerait assurément pouvoir compter sur cette routine de la L1 l'année prochaine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.