Bleues : "Diacre est restée assez conservatrice"

Bleues : "Diacre est restée assez conservatrice"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mardi 05 juillet 2022 à 09h11

Alors que les Bleues font partie des favorites pour l'Euro (6-31 juillet), une ancienne coéquipière de la sélectionneuse tricolore analyse son équipe de France.



Tout sauf un long fleuve tranquille. Depuis qu'elle a été nommée à la barre des Bleues en août 2017, Corinne Diacre a plus souvent dû affronter une mer déchaînée, avec quelques sacrées tempêtes. Son prétendu management musclé a notamment été pointé du doigt, tout comme ses rapports avec ses joueuses. Et nombre d'entre elles, surtout des Lyonnaises, se sont accrochées avec la sélectionneuse tricolore, de Sarah Bouhaddi à Eugenie Le Sommer en passant par Amandine Henry ou Wendie Renard. Et si cette dernière est rentrée en grâce, et a même retrouvé le brassard de capitaine des Bleues, les autres ont été écartées et ne disputeront pas l'Euro en Angleterre (6-31 juillet). Une compétition où les Tricolores, seulement quarts-de-finalistes de « leur » Coupe du monde en 2019, sont attendues au tournant. Et Diacre en particulier.

Une "force collective"

Pour Aline Riera, ancienne partenaire chez les Bleues de l'actuelle coach tricolore, "ce qui ressort de l'équipe de France entraînée par Corinne Diacre, c'est la force collective. Avec ou sans certaines individualités, cette équipe montre une sérénité dans les bons comme dans les mauvais moments", explique sur le site de la FFF celle qui compte 59 sélections en équipe de France, et note ce "mélange entre des joueuses qui ont l'expérience des grands rendez-vous mais qui n'ont pas encore réussi à aller au bout et des jeunes qui, en catégorie de jeunes, ont remporté des compétitions, savent ce qu'il faut faire, arrivent avec naïveté, légèreté et fraîcheur. (...) C'est davantage la force collective quoi ressort de ce groupe même s'il y a des individualités exceptionnelles."

"Corinne a d'abord voulu mettre en avant un groupe qu'elle a peu changé, elle est restée assez conservatrice dans ses choix et elle a avancé petit à petit, constate-elle encore. La finalité est là avec cet Euro. Je les trouve sereines, il y a des sourires, du travail, de l'humilité. Elles figurent parmi les favorites et elles l'assument." Il va maintenant que cela se concrétise sur le terrain, alors que l'équipe de France n'a jamais réussi à franchir les quarts de finale de l'Euro.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.