Bleues : Diacre nie avoir menacé Henry

Bleues : Diacre nie avoir menacé Henry©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 01 décembre 2020 à 10h55

Corinne Diacre a assuré qu'elle n'avait pas menacé Amandine Henry avant le match des Bleues face à l'Autriche, et expliqué qu'elle n'était pas là pour sélectionner les joueuses qu'elle "aime bien".

 

La sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre s'est fendue d'une mise au point, elle qui n'est "pas là pour sélectionner" les joueuses qu'elle "aime bien", comme elle l'a tonné en conférence de presse avant de défier le Kazakhstan mardi (21h00). Diacre admet notamment avoir proféré les paroles "tout se paie un jour" à sa capitaine Amandine Henry. La patronne des Bleus affirme néanmoins que "ce n'était pas une menace". "La réunion de samedi ? Comme toute discussion, il y a eu des choses négatives mais aussi des positives. Il vous appartient de retranscrire ce qu'il s'est dit, mais je peux vous assurer qu'il y a eu des choses positives alors que j'en ai lu beaucoup de négatives. Je ne suis pas là pour parler de ce qu'on s'est dit entre quatre murs, pas là non plus pour commenter toutes les discussions avec mes joueuses. Je fais mon travail, j'espère du mieux possible. Pour l'instant, l'équipe de France gagne, ça se passe bien, il y aura des accrocs, des matches qu'on perdra. Est-ce qu'il faut tout remettre en question pour autant ? Je travaille avec les gens que je sélectionne. On peut ne pas être toujours d'accord", explique Diacre.

Reste à savoir si la situation et l'ambiance entre Diacre et ses joueuses est tenable, alors que les Bleues affrontent le Kazakhstan à Vannes ce mardi soir. "Je ne sélectionne pas les gens qui sont tous d'accord avec moi. Mon objectif c'est de mettre une équipe compétitive sur le terrain et faire en sorte que l'équipe de France gagne ses matches. Avec la projection de l'Euro, l'objectif sera d'aller chercher un titre. Je ne suis pas là pour sélectionner les gens que j'aime bien ou ceux avec qui je n'ai pas de conflits. Je suis professionnelle, je fais la part des choses et je reste la plus objective possible''.

Peut-on comparer le cas Amandine Henry avec celui de Karim Benzema chez les hommes en tant qu'élément perturbateur à écarter ? Diacre préfère éviter cette comparaison, alors qu'Henry envisagerait de claquer la porte des Bleues. "Je suis focus sur le match de demain (mardi), je suis concentrée sur l'état d'esprit de mon groupe. On avait des choses à faire, on les a faites. Je ne suis pas là pour comparer avec ce qui se fait chez les garçons ou non. On a déjà bien des choses à régler (...) Amandine, on a eu une discussion, la manière dont elle a été retranscrite vous appartient, là encore. Je ne vais pas vous commenter ce qui a été dit. Ce que je peux juste préciser, c'est qu'à aucun moment mon intention n'a été de menacer qui que ce soit. On y va étape par étape, je ne sais pas de quoi demain est fait. On a un match à jouer demain, ça je le sais. Je souhaite que l'équipe de France gagne ce match. Je sais que le groupe aussi."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.