Ligue des Champions : Le Real finit par dompter l'Inter

Ligue des Champions : Le Real finit par dompter l'Inter©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le mardi 03 novembre 2020 à 23h15

Grand match mardi entre le Real et l'Inter (3-2, troisième journée de Ligue des Champions, groupe B). Karim Benzema et Sergio Ramos ont marqué.

Il ne manquait que l'ambiance des grands soir. L'affiche, son scénario et ses acteurs ont offert un spectacle à la hauteur des attentes. Et pourtant, il aurait été difficile d'imaginer que ce Real Madrid - Inter Milan sonnerait comme un duel de la peur entre deux cadors au pied du mur après un début de campagne raté dans les grandes largeurs. Ce n'était pas pour la première place, mais pour survivre dans cette compétition que ces deux-là se retrouvaient. Et c'est le Real qui a eu le dernier mot - au point (3-2).

Benzema et Ramos, les guides

Ce résultat, la bande à Zidane le doit en grande partie à son excellente première période. Tout n'a pas été parfait dans son début de match puisque les Intéristes ont fait passer quelques frissons - par Perisic, qui a trouvé la barre (10e) ou Vidal (14e) -, mais la Maison Blanche peut toujours compter sur ses guides pour ne pas se fissurer. Karim Benzema en est un. L'avant-centre français a mis les siens sur les bons rails en débloquant la situation en anticipant une mauvaise passe en retrait d'Hakimi pour aller marquer - un coup qu'il avait déjà fait par le passé (1-0, 25e).


Le deuxième guide est identifié depuis si longtemps : Sergio Ramos. D'un coup de casque imparable, le capitaine a doublé la mise sur un corner bien botté par Toni Kroos (2-0, 33e). Le Real était alors parti pour faire un petit festival, mais l'équilibre de cette équipe reste fragile. Deux minutes après le but du break, Laurato Martinez, plus prompt que Raphaël Varane, a relancé le match au pire moment pour le Real (2-1, 35e).

Le Real s'est fait peur

Timorés entre l'idée de se mettre à l'abri et celle, naturelle, de ne pas trop s'exposer, les hommes de Zidane ont alors commencé à douter au retour des vestiaires. Et Lautaro Martinez n'y était pas étranger. Intenable, le jeune Argentin n'a pas fait que marquer dans ce match. Il a aussi pesé, par ses appels, ses contrôles, son audace. Et ce travail de sape a payé lorsque sa déviation altruiste de la tête pour Perisic a placé le Croate dans des conditions idéales pour ajuster Courtois, battu (2-2, 67e).

Tout était alors à refaire pour ce Real à deux visages. Le salut est finalement venu d'un entrant, histoire de donner un peu de relief au coaching du technicien français. Bien placé à la réception d'un centre en retrait précis de Ferland Mendy, le jeune Rodrigo n'a laissé aucune chance à Handanovic pour libérer les Merengue (3-2, 80e). Le Real a défendu cet avantage précieux jusqu'au coup de sifflet final. Mission accomplie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.