Ligue des Nations : La folle explosion de joie des Maltais

Ligue des Nations : La folle explosion de joie des Maltais©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le mercredi 14 octobre 2020 à 19h54

Malte a réussi l'exploit d'aller s'imposer en Lettonie mardi (0-1), en Ligue des Nations. Si vous doutez de la teneur de la performance, regardez plutôt comment tous les membres de la sélection ont réagi sur leur but à la 96eme minute.

Si Saint-Marin a mis fin mardi soir à une série de 40 défaites consécutives, en prenant un point inattendu sur la pelouse du Liechtenstein (0-0), c'était aussi la soirée des Maltais en Ligue des Nations. En Lettonie, l'équipe de la petite île de la Méditerranée - à moins de 100 kilomètres au sud de la Sicile - l'a emporté à la 96eme minute (0-1) sur un coup de tête victorieux du défenseur Steve Borg, ce qui a rendu tous les membres de l'équipe complètement dingues. Joueurs comme membres du staff, tous ont envahi la pelouse et couru dans tous les sens pour se prendre dans les bras, comme s'il s'agissait d'un but en or en finale de Coupe du Monde. Au-delà de la première victoire du pays en Ligue des Nations, c'est surtout le premier succès à l'extérieur depuis 2013 (0-1 en Arménie, en éliminatoires du Mondial 2014).


Grâce à la configuration de cette Ligue des Nations, qui laisse les pays les plus faibles s'affronter entre eux, il est enfin possible pour des nations comme Malte de réussir des séries : c'est la première fois depuis 18 ans que la sélection enchaîne quatre matchs sans défaite, la première fois aussi depuis 20 ans qu'elle n'encaisse pas de but sur quatre rencontres consécutives. Le sélectionneur italien Devis Mangia, arrivé en fin d'année dernière et qui n'a dirigé sa première rencontre que le mois dernier après l'arrêt des compétitions (dû à la pandémie de coronavirus), est donc invaincu sur le banc maltais. A simple titre d'exemple, Malte a évité une seule fois la dernière place de son groupe en douze campagnes de qualifications pour la Coupe du Monde (depuis 1974). C'était en 1994.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.