Tour d'Espagne / G.Martin : " Je ne m'enflamme pas "

Tour d'Espagne / G.Martin : " Je ne m'enflamme pas "©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365, publié le lundi 30 août 2021 à 23h00

Auprès de Cyclism'Actu, ce lundi, le Français Guillaume Martin (Cofidis) a préféré relativiser sa deuxième place actuelle au niveau du classement général du Tour d'Espagne 2021.



Le Tour d'Espagne va bientôt livrer son verdict. Ce mardi débutera, en effet, la troisième et dernière semaine de la prestigieuse épreuve de cyclisme. Pour le moment, le classement général de cette édition 2021 de la Vuelta est dominé par le Norvégien Odd Christian Eiking, pensionnaire de la formation Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux. Mais derrière, à seulement 54 petites secondes, se trouve un Français et non des moindres. En effet, il s'agit de Guillaume Martin, pensionnaire de la formation Cofidis. Et justement, le Tricolore a profité, ce lundi, de la deuxième et dernière journée de repos pour répondre à quelques sollicitations médiatiques. Auprès de Cyclism'Actu, le coureur est évidemment revenu notamment sur sa position qui est la sienne, actuellement, au niveau du classement général, même s'il a préféré relativiser : « Je ne suis pas trop du genre à être dans l'emphase donc non, ce n'est pas la semaine de ma vie. Il peut se passer de belles choses, mais je ne m'enflamme pas. J'ai conscience du niveau que j'avais au début de la Vuelta qui n'était pas terrible, même si ça va mieux désormais. Mais je ne sais encore pas trop où je vais, j'ai aussi conscience que les écarts sont assez faibles finalement entre le premier et le quinzième, et la partie la plus dure de la Vuelta arrive. Il y aura de gros écarts et on peut vite se retrouver douzième. »

« Sur le papier, ce sont les étapes de mercredi et jeudi qui sont les plus difficiles »

Guillaume Martin a également analysé cette dernière semaine qui s'annonce et les étapes qui sont ainsi au programme : « Sur une dernière semaine de Grand Tour, il peut se passer des choses assez folles. Sur le papier, ce sont les étapes de mercredi et jeudi qui sont les plus difficiles. Pour le coup, on aura de vrais longs cols pentus à la fin et chacun sera à sa place. Ensuite, on a plusieurs étapes un peu piégeuses autour de ça, il faudra être vigilant, et évidemment il y a le chrono final où là aussi on aura pas mal d'écarts. Donc pour moi, il ne faudra pas se faire piéger sur les étapes intermédiaires, s'accrocher lors des deux grandes journées en montagne, et ensuite on verra en fonction ce qui sera à jouer ou pas sur le chrono final. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.