Biarritz scalpe le champion

 Traille-Ild

Damien Traille a inscrit l'unique essai biarrot face à Toulouse.

Pour digérer sa saison dernière ratée, Biarritz s'offre une cure de victoires dans cet exercice 2012-2013. Le club basque, déjà victorieux lors des deux premières levées, a enchaîné avec un nouveau succès, de choix puisqu'obtenu aux dépens du champion toulousain (22-17), samedi à Aguiléra dans le cadre de la 3e journée du Top 14. Et le BO, bien plus réaliste que son adversaire, de conforter sa première place au classement.

"On a tellement galéré…" Même quelques mois plus tard, le souvenir de la saison passée est encore vivace du côté de Biarritz et dans la voix de Jean-Pascal Barraque. Mais cette année, il semblerait que le BO ne va plus se battre pour le maintien mais (re)jouer les premiers rôles. Et après une troisième victoire en autant de rencontres, le club basque continue de squatter la première place. "On veut vraiment oublier la saison passée, reprend Barraque. On a fait de bons matchs amicaux, on est sur notre lancée". Le jeune ouvreur, passé pro cet été, est le symbole de cette équipe biarrote qui revit. Et qui, samedi, a fait tomber le champion de France en titre, Toulouse, pour la première fois depuis le début des hostilités.

Ces dernières années, Biarritz nous avait habitués à crucifier ses adversaires grâce à la botte de Dimitri Yachvili. Le Yach’ blessé, c’est désormais Barraque, 21 ans, qui tient la maison. Très bon contre Agen (17 points), l’ancien pensionnaire du Pôle France de Marcoussis a réédité la même performance face à Toulouse, sous le vent d’Aguiléra qui a fait tant de mal à son homologue stadiste, l’international Lionel Beauxis, en perdition. Et il fallait bien cela à Biarritz pour décrocher la victoire dans un choc finalement très équilibré.

Toulouse trop brouillon

La différence s’est faite en première période, où le BO a inscrit son seul essai de la rencontre. Après une touche près de la ligne médiane, Lesgourgues a lancé Alec Brew dans l’intervalle entre deux Toulousains. La recrue galloise, très en jambes (tout comme Balshaw et Ngwenya), a pu fixer Clerc et envoyer Damien Traille dans l’en-but (13-3, 29e). Biarritz a ainsi pris l’avantage, "complètement contre le cours du jeu", comme l’admet Jack Isaac, sur Canal +. Mais Toulouse ne peut s’en prendre qu’à son manque de réalisme, et à la maladresse de Beauxis, en échec à trois reprises face aux perches en première période. A l’inverse, Barraque a réussi un sans-faute avant la pause (7, 11e, 35e), atteinte avec un score confortable pour son équipe (16-6, 40e).

Après le repos, le carton jaune infligé à Blaauw (44e) a permis à Toulouse de continuer à pousser. Mais avec un buteur à moins de 50% de réussite, c’était forcément plus compliqué pour les hommes de Guy Novès. Et quand Beauxis a ramené Toulouse dans le coup (16-12, 57e), Traille (58e) et Barraque lui ont répondu pour tenir le score (22-12, 68e). A l’arrivée, l’essai tardif de Clerc, le long de la ligne de touche, ne sera synonyme que de bonus défensif pour un Toulouse finalement bien trop brouillon (22-17, 77e). "C’était difficile, conclut tout de même Barraque. On jouait la première place contre Toulouse, on est vraiment content. C’est un aboutissement." Et une récompense.

Pariez sur le rugby avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Et aussi
Le Sport sur votre mobile
Le Top 14 en vidéos