Castel, la relève

Le podium du 200 mètres dos dames. (Reuters)

Le podium du 200 mètres dos dames. (Reuters)

En 2'08''41, Alexianne Castel est devenue, mardi après-midi, à Debrecen en Hongrie, championne d'Europe du 200 mètres dos, une distance sur laquelle Roxana Maracineanu, Laure Manaudou ou encore Esther Baron se sont imposées par le passé. De bon augure pour la nageuse française en vue des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres.

Et dire qu'elle n'était pas préparée pour ces Championnats... Déjà dominatrice en séries comme en demi-finales, Alexianne Castel est devenue ce mardi, à Debrecen, Championne d'Europe du 200m dos, offrant à l'équipe de France sa deuxième médaille d'or de la compétition. Au prix d'une dernière longueur impressionnante alors qu'elle accusait 14 centièmes de retard au dernier virage, la protégée de Richard Martinez, à Font-Romeu, s'impose en 2'08"41 avec plus d'une seconde sur l'Allemande Jenny Mensing (2'09"55) et l'Espagnole Duane Da Rocha Marce (2'09"56). Malgré les absences notables de la Russe Zueva, de la Britannique Simmonds ou encore de Laure Manaudou, la championne du monde en petit bassin, héritière de Roxana Maracineanu, Laure Manaudou ou encore Esther Baron, toutes sacrées sur la distance, marque des points en vue des JO de Londres (26 juillet-12 août).

"Je suis super contente, je ne m’y attendais pas, a réagi la nageuse dès sa sortie du bassin, sur France 2. Je suis vraiment satisfaite de ce que j’ai fait, même si je suis consciente qu’il n’y avait pas tous les adversaires que j’aurai aux Jeux. C’est un très beau chrono, surtout qu’on n’est vraiment pas préparés pour cette compétition. Ça augure de belles choses pour les JO."

Bousquet soigne son moral

Au lendemain de sa participation au relais 4x100m français médaillé d'or, Frédérick Bousquet a lui pris l'argent en finale du 50m papillon de ces Championnats d'Europe. Son deuxième podium en deux jours. Si Amaury Leveaux, l'autre Français de cette finale, était parti le plus fort, Bousquet a su toucher en deuxième position avec un chrono de 23"30 derrière le recordman du monde et ancien coéquipier du CN Marseille, l'Espagnol Rafael Munoz Perez (23"16). La surprise vient de la troisième place du Bélarus Yauhen Tsurkin (23"37).

Leveaux, lui, échoue à la 8e et dernière place de cette finale en 23"80. Le protégé de Philippe Lucas, engagé également dans cette session du soir sur les demi-finales du 200m nage libre, avouait des sensations moyennes: "Dès le début, je ne me suis pas bien senti, c'est la loi, a souligné le Nordiste au micro de France 2. Je l'ai fait à fond, j'essayais d'appuyer, mais j'avais l'impression ne ne pas avoir d'appuis". A l’issue de la première demie, sa sixième course en deux jours, Leveaux affichait un tout autre visage, conscient d’avoir retrouvé du jus avec ce chrono de 1’48"38, soit deux secondes plus rapides que son temps du matin où il a flirté avec l’élimination (16e et dernier temps des séries).

Un sentiment confirmé puisque le nageur français récoltait le cinquième temps derrière notamment Dominik Kozma. Le Hongrois a créé la petite sensation en décrochant le meilleur chrono (1’47"59) devant le recordman du monde, Paul Biedermann, l’Allemand enregistrant le troisième temps (1’47"92). Rendez-vous en finale mercredi.

Le Sport sur votre mobile
en images
Agnel ne s'arrête pas Cherchez le bronze Emotion Gros bras Toujours Aussie bon
à lire aussi