Montpellier fait comme si...

Nikola Karabatic et Montpellier ont été tenus en échec en Allemagne. (Reuters)

Nikola Karabatic et Montpellier ont été tenus en échec en Allemagne. (Reuters)

Deux jours après la divulgation de soupçons de paris truqués pesant sur certains de ses joueurs, Montpellier a renoué avec la Ligue des champions en ramenant un match nul de Flensbourg (37-37) ce jeudi. Les Montpelliérains vont désormais se pencher sur le choc face au PSG dimanche.

L’ambiance était forcément particulière. Plus qu’un match de Ligue des champions, Montpellier jouait ce jeudi soir une rencontre sous tous les regards. Une attention forcément liée au soupçon né de l’affaire des paris qui a empoisonné les derniers jours du club champion de France. Les Héraultais se savaient attendus. Difficile dans ce contexte troublé de n’être concentré que sur le terrain et ce match face à l’un des poids lourds du championnat d’Allemagne, le SG Flensburg-Handewitt, pour son entrée en lice dans cette phase de poule de la Ligue des champions.

Dès les premiers instants, les Allemands tentent d’imposer leur rythme pour faire douter le MAHB. Avec parfois trop de précipitation pour trouver son pivot Issam Tej, les Héraultais perdent beaucoup de ballons. Il faut attendre la 4e minute pour voir Montpellier débloquer son compteur grâce à Mathieu Grébille positionné au poste d’ailier gauche et revenir à 4-1.

Grébille s’illustre

Mené, le champion de France s’accroche. Nikola Karabatic trouve l’ouverture à la 15e minute pour revenir à 9-6. Le rythme s’emballe et les buts s’enchaînent alors au cours d’une première période très ouverte. William Accambray et Mathieu Grébille se mettent notamment en évidence alors que Primoz Prost sort quelques arrêts importants avant la pause.

Refaisant pas à pas son retard, le MAHB rentre au vestiaire avec un petit but de moins que son adversaire (19-18). Flensbourg repart de nouveau tambour battant mais Montpellier se montre plus incisif en défense et maintient l’écart. Après 9 minutes, les hommes de Patrice Canayer passent même provisoirement en tête (25-24). Erlend Mamelund se montre et Issam Tej s’arrache pour offrir une supériorité numérique à son équipe (50e). Montpellier croit alors tenir une victoire surtout quand Dragan Gajic transforme un penalty obtenu par Luka Karabatic pour donner deux buts d’avance (33-31).

En vain, Montpellier aura bien droit à une fin de match acharnée car Flensburg ne lâche pas dans le sillage d’Arnor Atlason. Accambray endosse de nouveau le costume de héros avec un tir lointain dans un angle fermé (37-36) à une minute du terme mais Anders Eggert Jensen égalise sur penalty dans la foulée. Pas de vainqueur donc au terme de ce match très ouvert avec pas moins de 74 buts au compteur ! Montpellier s’est au moins changé les idées juste avant un nouveau match important dimanche face à Paris en D1.