Les prémices d'un changement ?

Didier Deschamps peut tirer des leçons de ce France-Uruguay. (Reuters)

Didier Deschamps peut tirer des leçons de ce France-Uruguay. (Reuters)

Tenue en échec par l'Uruguay (0-0), mercredi soir au Havre, l'équipe de France version Didier Deschamps n'a pas dévoilé un visage réellement séduisant, surtout dans les phases offensives. Seule satisfaction pour le nouveau sélectionneur des Bleus, la performance des petits nouveaux, Jallet, Yanga-Mbiwa et Capoue, qui n'ont montré aucun complexe.

Benzema et Giroud, à revoir
Laurent Blanc avait attendu les derniers instants de France-Espagne, en quarts de finale de l’Euro 2012, pour associer Karim Benzema et Olivier Giroud. Didier Deschamps, lui, les a titularisés d’entrée contre l’Uruguay. Difficile de les juger sur cette rencontre, les deux joueurs étant clairement en manque de rythme. Mais l’attaquant madrilène s’en est tout de même un peu mieux sorti que son homologue d’Arsenal, pas assez présent devant le but adverse. "Ça ne se fait pas comme ça, avec un seul entraînement et une heure de jeu, explique le sélectionneur tricolore. Mais c’est intéressant d’avoir cette double présence offensive. Ça demande des efforts, mais c’est quelque chose qu’on doit être capable de répéter."

Les nouveaux se sont lâchés
Plusieurs joueurs ont honoré mercredi soir leur toute première sélection en équipe de France. Et à l’image de Mapou Yanga-Mbiwa, ils n’ont pas eu froid aux yeux. "Il fallait être concentré du début à la fin. Le niveau international, ça va beaucoup plus vite, ça joue malin, c'est technique. On n'a pas le droit à une seconde d'inattention, sinon on le paie derrière", constate le défenseur montpelliérain. Christophe Jallet, qui a remplacé Mathieu Debuchy avant la pause, s’est lui aussi montré entreprenant dans son couloir droit. "Il ne faut pas se poser de questions. Sinon, c'est le meilleur moyen de se planter, note le joueur parisien. Je me suis lâché et j'ai pris beaucoup de plaisir." Enfin, Etienne Capoue, qui a pris la place de Rio Mavuba dans l’entrejeu, a effectué une bonne entrée.

Yanga-Mbiwa et Sakho ont de l’avenir
En l’absence de Philippe Mexes, Adil Rami et Laurent Koscielny, forfait de dernière minute, Didier Deschamps avait fait confiance à deux jeunes joueurs en défense centrale: Mapou Yanga-Mbiwa et Mamadou Sakho. Et malgré leur inexpérience, les deux joueurs ont tenu la baraque, face à des Uruguayens emmenés par Diego Forlan. De bon augure pour la suite, sachant que les cartes sont redistribuées au poste après un Euro 2012 très moyen dans ce secteur. "La charnière centrale était jeune. Mais pour acquérir de l’expérience, il faut avoir du temps de jeu. S’ils sont là, c’est qu’ils ont du potentiel", affirme le sélectionneur, qui sait qu’en cas de pépin, ces deux-là peuvent dépanner. Voire même s’imposer.

Une animation en question
Les Bleus ont signé face à l’Uruguay leur troisième match consécutif sans marquer le moindre but, après les défaites subies contre la Suède (0-2) et l’Espagne (0-2) au championnat d’Europe. Les attaquants sont évidemment responsables, mais ils ne sont pas les seuls. Si Franck Ribéry et Mathieu Valbuena ont été convaincants sur les ailes, les Français ont manqué de percussion dans l’axe et la relation avec les milieux de terrain n’a pas toujours été optimale. Les limites de ce système en 4-4-2 ? "Dans la préparation de nos actions, on a fait de bonnes choses en se créant pas mal d’opportunités, retient Didier Deschamps. Après, pour avoir le dernier coup de reins, c’était un peu plus difficile contre une équipe bien regroupée. Il aurait fallu plus de précision."

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Campeão ! Reds dingues de lui Une Coupe, et champagne ! Sacré Paul Elles sont arrivées
à lire aussi