Giroud: "Je n'ai pas plongé dans le doute"

Olivier Giroud retrouve les Bleus après des débuts mi-figue mi-raisin à Arsenal.

Olivier Giroud retrouve les Bleus après des débuts mi-figue mi-raisin à Arsenal.

Libéré d'un poids après avoir inscrit son premier but en Premier League avec Arsenal, Olivier Giroud compte bien conjuguer cette réussite avec l'équipe de France. L'ancien attaquant de Montpellier, qui a toujours gardé cette confiance en lui, espère être associé avec Karim Benzema contre le Japon ou l'Espagne.

Olivier, vous avez marqué votre premier but en Premier League ce week-end (à West Ham où il a été élu homme du match, ndlr), au meilleur moment avant de retrouver l’équipe de France.
Oui, j’arrive avec un certain soulagement, beaucoup de confiance. J’attendais ce premier but, même si j’avais déjà marqué en Carling Cup et que je m’étais un peu mué en passeur décisif ces derniers temps. Mais là c’est bien de marquer en Premier League et de réussir un match plein comme celui-là. C’était un bon match en plus.

Cela vous a-t-il un peu pris la tête de connaitre cette période de disette ?
Quand on est attaquant c’est important de marquer, donc forcément ça m’a un peu pris la tête. Mais je n’ai pas plongé dans le doute non plus. Il y a toujours des périodes pendant lesquelles tu marques un peu moins. Quand c’est le cas il faut se concentrer sur le travail et garder confiance.

Avez-vous entendu la chanson que vous ont consacrée les supporters d’Arsenal ?
Je l’avais entendu dès le début du championnat, lors du premier déplacement. Ça fait chaud au cœur. Quand tu ne marques pas tout de suite et que tu as le soutien comme ça des gens c’est agréable. Même dans la rue, quand ils te disent que le but va venir très bientôt et qu’il ne faut pas que je m’inquiète, qu’ils me supporteront, ça fait plaisir. La chanson c’est Hey Jude, des Beattles. (il se met à chantonner). « La, la…la, la, la, la…Giroud ». C’est bon avec l’accent ?

Pensez-vous pouvoir devenir un vrai leader de l’attaque française ?
Je ne suis pas là pour prendre la place de qui que ce soit, ni pour dépasser tel ou tel joueur. Karim (Benzema) est l’attaquant numéro 1, tout le monde le sait. On peut être associé tous les deux, le coach l’a essayé, et ce serait bien de nous revoir ensemble. Pour moi c’est un plaisir d’évoluer avec lui. Mais il n’y a pas que cette solution. Il faut essayer d’en trouver d’autres à l’entraînement. Je prendrai ce qu’on me donne.

"Je m’attendais à ce que vous soyez un peu plus virulent…"

Laurent Blanc s’était montré assez réticent à vous associer avec Benzema. Est-ce qu’aujourd’hui la situation est plus ouverte pour vous ?
Réticent je ne sais pas, mais il n’a pas eu beaucoup de temps avant l’Euro et les matches de qualification ont été joués sur la base d’un 4-3-3. Le nouveau sélectionneur a peut-être davantage de latitude pour faire des essais. Je ne me prends pas la tête avec ça. C’est sûr que j’aimerais jouer, je viens ici pour avoir du temps de jeu. C’est bien que le coach ait essayé de nous faire jouer ensemble dès les premiers matches, ça fait plaisir forcément. J’ai envie de montrer que ça peut marcher.

Vous aviez apporté beaucoup de fraîcheur à vos débuts en Bleu. Là on vous sent plus sur la défensive que d’habitude…
J’ai une explication très simple. Je sors de la sieste et je suis un peu ensuqué. Si vous voulez je peux y mettre un peu plus d’entrain. Mais je suis très content d’être ici, je vais essayer de sourire un peu plus. Etant donné mon début de Championnat un peu poussif je m’attendais à ce que vous soyez un peu plus virulent mais apparemment vous non plus vous n’êtes pas en grande forme. (rires dans la salle de presse).

André-Pierre Gignac revient bien en ce début de saison. Redevient-il pour vous un concurrent pour l’équipe de France ?
Tout à fait. Il a connu une période difficile et c’est tout à son honneur de retrouver son meilleur niveau. Je lui tire mon chapeau. C’est un mec bien. Il a beaucoup travaillé pour revenir et il le prouve en match. C’est forcément un concurrent.

Quel regard portez-vous sur le mauvais début de saison de Montpellier, votre ancien club ?
C’est quelque chose de près depuis l’Angleterre. J’ai de temps en temps quelques-uns de mes potes au téléphone. Je pense qu’ils doivent se concentrer sur des choses simples et surtout rester très solidaires face aux critiques. Leurs difficultés je ne les comprends pas trop parce que c’est une équipe qui a fait un très bon match contre nous en Ligue des Champions. C’est un peu paradoxal de les voir en difficulté en Championnat. C’est peut-être un problème dans les têtes ou un relâchement inconscient. Mais je ne me fais pas trop de souci pour eux. On fait la comparaison parfois avec Auxerre et de leur dernière saison difficile mais je pense que ce ne sera pas pareil pour Montpellier. Cette équipe va rebondir le plus vite possible, en tout cas c’est ce que je leur souhaite.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !