Cavendish dans un fauteuil

Le Britannique peut montrer le nom de son équipe, qui a fait un sacré travail.(Reuters)

Le Britannique peut montrer le nom de son équipe, qui a fait un sacré travail.(Reuters)

Après deux succès sur le Tour du Qatar, Mark Cavendish a remporté sa première victoire en Europe cette saison, en remportant ce dimanche Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Malade, le Britannique a été couvé par ses coéquipiers du Team Sky, avant de finir le travail d'équipe dans la dernière ligne droite.

On s’en doutait un peu, mais Mark Cavendish n’a pas perdu sa faculté à gagner des courses en changeant de maillot à l’intersaison. Pratiquement imbattable derrière le train HTC-Highroad depuis quatre ans, le champion du monde a prouvé sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne qu’il pouvait aussi régner sur les sprints avec le Team Sky. Ou plutôt, la formation britannique a montré qu’elle était capable, elle aussi, de déposer son leader en tête dans la dernière ligne droite. Bien sûr, l’ensemble reste perfectible. Mais le simple fait que les hommes de Dave Brailsford aient pu faire gagner un Cavendish malade en dit long sur leur performance. Grâce à ses coéquipiers, le Cav’ n’a pratiquement pas eu à donner un coup de pédale…

"C’est incroyable, a réagi le Britannique après coup, rapporte Sky Sports. Je ne sais pas si je peux tirer un quelconque mérite de cette victoire. Toute la journée, l’équipe a veillé sur moi. Je n’ai pas été une seule fois dans le vent, et j’ai toujours été en tête du peloton." Cela en dit long sur la confiance que les coéquipiers de Cavendish ont en lui. Car durant la journée, ce dernier, souffrant de l’estomac, était prêt à s’effacer dans le sprint au profit de Chris Sutton, le vainqueur sortant. Mais après les pavés, une fois que son équipe a pris le contrôle de la course pour rouler derrière les échappés (dont Sylvain Chavanel et Jimmy Engoulvent), le Cav’ s’est de nouveau senti prêt à bondir. "Et quand nous avons franchi le dernier virage, je savais que nous allions gagner." Ou quand le "nous" prend toute son importance…

Bien organisée, la FDJ a elle aussi pu placer ses sprinteurs, en l’occurrence Yauheni Hutarovich (2e) et Arnaud Démare (4e). Mais les hommes de Marc Madiot n’ont rien pu faire face au Team Sky, qui retrouve le sourire après un Tour d’Oman où Cavendish, vainqueurs de deux étapes sur le Tour du Qatar la semaine précédente, n’avait pu se mêler à la victoire. De bon augure à trois semaines de Milan-San Remo, le premier vrai objectif du champion du monde.

Le Sport sur votre mobile
en images
Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé Un Colombien en jaune
à lire aussi