Sakkari : "Je ne m'enflamme pas trop"

Sakkari : "Je ne m'enflamme pas trop"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 09 juin 2021 à 18h21

Tombeuse mercredi de la tenante du titre Iga Swiatek, Maria Sakkari, première joueuse grecque dans le dernier carré d'un Grand Chelem, garde la tête froide avant d'affronter, dès jeudi, Barbora Krejcikova en demi-finales de Roland-Garros.



Maria Sakkari continue à écrire l'histoire à Roland-Garros. Première joueuse grecque à atteindre les quarts de finale d'un Grand Chelem, elle s'est qualifiée mercredi pour le dernier carré en venant à bout de la tenante du titre, Iga Swiatek (6-4, 6-4), deux jours après avoir écarté Sofia Kenin (6-1, 6-3), finaliste de la dernière édition. Et la 18e joueuse mondiale sera la mieux classée des demi-finales, où elle va affronter dès jeudi Barbora Krejcikova, tombeuse un peu plus tôt de Cori Gauff (7-6[6], 6-3).

Une pensée pour Tsitsipas

"Je ne m'enflamme pas trop parce que je n'ai pas de jour de repos demain, a-t-elle déclaré en conférence de presse. Il faut que je reste concentrée pour la suite. Mais c'est sûr que c'est un bel accomplissement." Un accomplissement qui va de pair avec celui de son compatriote Stefanos Tsitsipas, tombeur de Daniil Medvedev la veille et qualifié pour sa quatrième demi-finale en Grand Chelem, la deuxième de rang Porte d'Auteuil. "La saison de football en Grèce est terminée, celle de basket aussi, et c'est donc le tennis qui est dans la lumière. Et on est très proches avec Stefanos. On se connaît depuis l'enfance. Je le vois tous les jours ici, et on mange côte à côte avec nos équipes tous les soirs. Je suis donc très, très heureuse pour lui et sa famille."

Des retrouvailles face à Krejcikova

Pour que le bonheur soit encore plus complet, il va falloir passer l'obstacle Krejcikova, alors que la Tchèque a remporté l'unique affrontement entre les deux joueuses en mars à Dubaï (6-2, 7-6[4]). "Honnêtement, je n'avais pas très bien joué à Dubaï. Et c'était l'une de ses meilleures semaines. Mais bravo à elle. Elle avait très, très bien joué cette semaine-là. Mais les conditions étaient différentes, avec un court et des balles rapides. Et j'avais fait beaucoup de fautes directes", a encore commenté Sakkari, qui s'attend à un match "très dur" jeudi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.