Angleterre : Pour Jones, le rugby actuel n'est pas dangereux

Angleterre : Pour Jones, le rugby actuel n'est pas dangereux©Media365

Guillaume MARION, publié le jeudi 10 décembre 2020 à 11h40

Alors qu'une action en justice a été lancée par d'anciens joueurs par rapport aux traitements des commotions dans le rugby, Eddie Jones, le sélectionneur de l'Angleterre, a donné son avis sur le sujet.



Eddie Jones se veut rassurant. Si le sujet du traitement des commotions cérébrales dans le rugby fait grand bruit depuis quelques jours maintenant, et qu'un groupe d'une centaine d'anciens joueurs va attaquer World Rugby et les fédérations anglaise et galloise, le sélectionneur de l'Angleterre a pour sa part tenu un discours bien plus mesuré sur la question. En effet, bien qu'il ne sous-estime par ce grave problème dans son sport, Jones constate une nette évolution du rugby depuis quelques années en lien avec la santé des joueurs. Pour lui, le rugby a « appris » et « ouvert la voie en termes de sécurité des joueurs », mais ne doit pas pour autant se relâcher sur le sujet. « Premièrement, c'est une très triste nouvelle, mais je pense que s'il y a un point positif à ce sujet, et il n'y a jamais de positif à propos de la maladie ou de la perte d'une partie de leur fonction chez les gens, c'est que le jeu s'y est adapté », a notamment expliqué le sélectionneur du XV de la Rose.

« La plupart des sports à l'époque, c'était dangereux »

« Je ne pense pas que le jeu soit actuellement dangereux. Si vous regardez la plupart des sports à l'époque, c'était dangereux, a par la suite également reconnu l'ancien sélectionneur du Japon, interrogé sur le sujet par le Times. Nous essayons de faire en sorte que l'entraînement soit approprié pour le jeu, et que les joueurs disposent de toutes les opportunités de bien récupérer. Au final, les joueurs font le choix de jouer au rugby. Personne ne les force. » Pour rappel, divers témoignages d'anciens joueurs, comme celui de Steve Thompson, le talonneur anglais titulaire lors de la Coupe du monde 2003, qui ne se souvient notamment pas avoir joué lors de la compétition en Australie, a relancé la question des commotions dans le rugby.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.