Ligue des champions (J6) : Un succès au goût amer pour le PSG

Ligue des champions (J6) : Un succès au goût amer pour le PSG©Media365
A lire aussi

Rédaction Media365, publié le mercredi 02 novembre 2022 à 23h04

Le PSG a bouclé sa phase de poules de Ligue des Champions par un succès contre la Juventus (1-2). Insuffisant toutefois pour achever la phase de groupes à la première place.


C'est en tant que second de groupe que le Paris SG se présentera en février prochain à son huitième de finale de Ligue des Champions. Pour être sûrs de finir en tête, les Franciliens devaient faire aussi bien que Benfica lors de cette dernière journée et préserver leur avance au goal average. La première tâche a été accomplie mais pas la seconde, vu que les Lisboètes l'ont emporté par quatre buts d'écart à Haifa. 


Le PSG a été bousculé

Comme au match aller, le PSG a eu fort à faire pour se défaire de la Vieille Dame. Contre un adversaire qui jouait sa place en Europe, le champion de France n'a pas été souverain de bout en bout. Il a même traversé un gros temps faible entre la moitié de la première période et celle de la seconde.  

L'intervalle a été long et a même débouché sur un but turinois, signé Leonardo Bonucci (39e). Le défenseur italien reprenant le cuir de près sur une action où la défense des visiteurs a été très laxiste. Paris a donné alors l'impression de douter, mais il a suffi d'une occasion pour remettre le club de la capitale sur les bons rails. 


Mbappé s'est chargé de tout

Kylian Mbappé en a été à l'origine. A la 69e minute, le Bondynois lançait le nouvel entrant Nuno Mendes dans des conditions optimales sur le flanc gauche. D'un tir tendu, l'arrière portugais a pu ajuster Wojciech Szczesny. L'équipe reprenait l'avantage pour ne plus le lâcher. Non sans connaitre une frayeur cela dit, avec un but en position de hors jeu de la part de Manuel Locatelli (78e). 

Décisif sur le second but, Mbappé l'a aussi été sur le premier. C'est lui qui, à la 13e minute, a ouvert le score d'une belle frappe enroulée. Prenant ses responsabilités à l'entrée de la surface, il a décoché une frappe imparable qui n'a laissé aucune chance au gardien adverse. Une réalisation importante. Et comme un symbole, c'est aussi la 40eme de sa carrière en Ligue des Champions. 

En l'absence de Neymar et alors que Lionel Messi était discret, le Bondynois a donc retrouvé la lumière. Il pensait éviter à son équipe un tirage compliqué en 8eme de finale. Mais cela s'est joué à un but et sur le gong qui plus est. L'équipe de la capitale devra se coltiner un premier de groupe au prochain tour. C'est la soupe à la grimace malgré une phase de poules sans revers pour les hommes de Christophe Galtier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.