PSG - Luis Enrique : ''C'est du football, pas du basket''

PSG - Luis Enrique : ''C'est du football, pas du basket'' ©Panoramic, Media365

Thomas Siniecki, Media365, publié le mercredi 29 novembre 2023 à 00h13

L'entraîneur du PSG a vécu un nul étrange face à Newcastle (1-1).



Luis Enrique, vous marquez dans les derniers instants mais vous avez eu beaucoup d'occasions, est-ce que ce nul vous reste un peu en travers ? Pensez-vous que vous méritiez de gagner ?
Oui, on a fait un match très complet et on méritait effectivement de s'imposer. Mais c'est le football avec ses émotions, c'est comme ça.

Kylian Mbappé a mis l'accent sur la déception liée à l'inefficacité, 31 tirs et seulement sept cadrés. Etes-vous inquiet pour la suite à Dortmund ?
C'est du football, pas du basket. C'est normal. On est parmi les équipes qui marquent le plus en Europe, mais parfois ça ne rentre pas... C'est aussi la beauté du football. Même en étant menés pendant 70 minutes, les supporters n'ont jamais arrêté de nous soutenir, ça nous a donné de la force et on égalise à la 93eme. C'est comme le scénario d'un film d'horreur, et l'objectif c'est la qualification ainsi que la première place.

Vous aviez défié Kylian Mbappé de mieux faire dans le jeu, êtes-vous satisfait de lui ? Sa première période a été un peu frustrante, il a délivré plus de centres pour Bradley Barcola en seconde...
Je suis très heureux du comportement de tous. C'est frustrant car on n'est pas arrivés à marquer malgré toutes ces occasions, on a été longtemps menés et c'était difficile face à une très bonne défense et des contres dangereux. Je suis donc très heureux de la capacité des joueurs à maintenir cette foi et à ne pas avoir été trop pris par la frustration.

Il y a eu beaucoup d'intensité et de la maîtrise, 73% de possession, mais un manque de justesse technique dans la verticalité, notamment Kang-In Lee qui a perdu beaucoup de ballons...
C'est comme ça dans un match de haut niveau, tout le monde fait son maximum et il y a aussi un adversaire en face. Les joueurs ne sont pas des machines mais des êtres humains, parfois c'est mieux ou moins bien... Mais j'ai vraiment aimé leur comportement et ils ont montré leur niveau. C'est plus facile quand on gagne, tout est fluide. Mais quand on perd de manière injuste, ce serait aussi facile de rester frustrés. Et jusqu'à la 98eme minute, on a été dedans.

"Nous serons maîtres de notre destin, c'était un des objectifs"

Vous avez effectué plusieurs changements par rapport à Monaco, qui était pourtant un match assez plein.
Ma chance est d'avoir un effectif très large et complet. On a pu avoir Danilo derrière car il a une bonne relance, on a voulu dominer et c'était important pour nous. On a été supérieurs, mais la complexité de ce groupe désormais, c'est qu'on pourrait passer même en perdant ou être éliminés avec un nul... Nous serons maîtres de notre destin à la dernière journée, c'était un des objectifs.

Pour votre collègue de Newcastle, il n'y avait pas penalty. Qu'en pensez-vous ?
Je n'ai pas vu les images, ce n'est pas mon travail. Moi, ce que je dois faire, c'est améliorer l'équipe.

Votre groupe est assez jeune, est-ce qu'il a manqué un peu d'expérience pour gérer ce genre de situation lorsqu'on surdomine la rencontre ?
Je ne pense pas, on a montré un fort caractère jusqu'à la fin et on a été en mesure de tout donner. C'était parfois un ping-pong, et dans la surface on se demandait pourquoi on ne marquait pas... Mais je suis très fier qu'on ait dépassés cette frustration.

Le coach de Newcastle a dit que ça ne servait à rien de perdre son esprit pour un penalty non sifflé...
Je respecte l'adversaire, mais demandez-moi des choses sur mon équipe, j'ai suffisamment de choses à penser avec elle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.