OM : Rolando sera " déchiré "

OM : Rolando sera " déchiré "©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER : publié le mercredi 25 novembre 2020 à 15h52

Mercredi soir, l'affiche entre l'Olympique de Marseille et le FC Porto à l'Orange Vélodrome sera une rencontre très spéciale pour Rolando, ex-défenseur des deux clubs où il a passé de beaux moments.



Souvenez-vous. Le 3 mai 2018, l'Olympique de Marseille disputait sa demi-finale retour de Ligue Europa sur le terrain du RB Salzbourg. L'équipe phocéenne avait remporté le match aller (2-0) dans un Orange Vélodrome incandescent grâce à des réalisations de Florian Thauvin et Clinton Njie. La finale se profilait sérieusement avant le déplacement en Autriche. Pourtant, le RBS remontait son handicap (buts de Haidara et Bouna Sarr contre son camp) après 65 minutes de jeu. L'OM tremblait, entrait tremblant dans la prolongation, se préparait aux tirs au but lorsque surgissait Rolando, sorti du banc à la 101eme. Quinze minutes plus tard (116eme), derrière un corner de Dimitri Payet, le défenseur central portugais plaçait une lumineuse reprise du plat du pied droit qui envoyait les Marseillais en finale (1-2) !

Rolando : « Content pour le vainqueur, triste pour le perdant »

Rolando se muait en héros de tout en peuple, et L'Equipe titrait le lendemain « Rolando Ballon d'Or » à la Une. Mercredi soir, le défenseur sera partagé devant OM-Porto en Ligue des Champions. Car celui qui joue encore (un petit peu) à 35 ans à Braga est un ancien des deux clubs. « Je serai déchiré, content pour le vainqueur, triste pour le perdant, souligne le défenseur dans L'Equipe. Porto est une institution qui m'a toujours mis à l'aise, dont je suis encore socio. Mon club de coeur, celui que supportent mes enfants, qui ont vécu tout jeunes les célébrations des titres, la ferveur du public. Tout petits, ils se baladaient avec les trophées sur la pelouse du Dragao ! »

« L'OM laisse une impression mitigée »

S'il a évolué à Porto de 2008 à janvier 2013, il a porté les couleurs de l'OM de janvier 2015 à juin 2019. « Marseille, c'est une relation spéciale, un club qui m'a touché. J'aurais tant aimé passer embrasser les gars à l'hôtel lors de leur séjour à Porto. Il y a encore de nombreux joueurs de mon époque, et tous ces gamins, qui nous rejoignaient à l'entraînement : Marley (Aké), Lucas (Perrin), Flo (Chabrolle) et le petit Christo (Rocchia). Lui, on lui disait pour le chambrer qu'il avait la même tête que moi, en jeune, du coup, il m'appelait toujours papa ! » Pour cette deuxième opposition entre l'OM et Porto après le match aller remporté nettement (3-0) par les Dragons, Rolando apporte son crédit à ses compatriotes. « À l'aller, le péno raté a tout changé. Mais Porto, qui était obligé de gagner, a mieux joué, a mérité. C'est une équipe solide, Corona te martyrise en un-contre-un, Marega est puissant et rapide, il y a cette paire du milieu Sergio Oliveira-Uribe... Mais la marque de fabrique a toujours été le collectif, et elle le reste. Ils sont en position de force, à un pas d'y arriver. »


Pour le joueur de 35 ans, « l'OM laisse une impression mitigée ». « En L1, ils ont gagné au Parc, et malgré deux-trois coups d'arrêt ensuite, ça doit changer ta saison. Mais en Ligue des Champions, cette compétition qu'on attendait tant lorsque j'étais au club, ils ont eu trois matches compliqués. Déjà, prendre trois points, se remettre à espérer, ce serait bien. Au final, si Porto est deuxième du groupe, l'OM troisième, ça me va, je pourrai les retrouver en Ligue Europa avec Braga », se réjouit Rolando. Bon dernier de son groupe, l'OM affiche un zéro pointé et reste sur 12 défaites consécutives en C1.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.