Mort de Maradona : 8 professionnels de santé bientôt jugés pour homicide involontaire

Mort de Maradona : 8 professionnels de santé bientôt jugés pour homicide involontaire©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le mercredi 22 juin 2022 à 23h26

Ce mercredi, un juge a annoncé que 8 professionnels de santé seront jugés en Argentine pour homicide involontaire avec circonstances aggravantes, au terme de l'enquête sur la mort de Diego Maradona, décédé en 2020 d'une crise cardiaque à l'âge de 60 ans.


D'après des informations de l'AFP, un juge de San Isidro a confirmé le procès de ces 8 professionnels de la santé (un neurochirurgien et médecin de famille, un médecin clinicien, une psychiatre, une psychologue, un responsable infirmier et des infirmiers). Ils seront jugés en Argentine pour homicide involontaire avec circonstances aggravantes dans le cadre de la mort de Diego Maradona, survenue le 25 novembre 2020 pour motif de crise cardio-respiratoire. Le parquet avait demandé en avril ce procès, en soulignant des manquements et négligences concernant la prise en charge du Pibe de Oro (gamin en or).

Des peines allant de 8 à 25 ans

Ce dernier était en convalescence après une neurochirurgie lorsqu'il s'est éteint. Il souffrait de problèmes rénaux, au foie, d'insuffisance cardiaque, de détérioration neurologique et de dépendance à l'alcool et aux psychotropes. Les 8 suspects, eux, seront jugés pour "homicide simple avec dol éventuel", une infraction caractérisée lorsqu'une personne commet une négligence tout en sachant que celle-ci peut engendrer la mort de quelqu'un. Les peines peuvent s'étendre de 8 à 25 ans d'emprisonnement, mais les 8 professionnels de la santé devraient comparaître libres au procès étant donné que le parquet de San Isidro n'a jamais requis de détention provisoire.

A en croire les procureurs, le personnel en charge du vainqueur de la Coupe du monde 1986 avait été "protagoniste d'une hospitalisation à domicile sans précédent, totalement déficiente et imprudente", générant par la suite une "série d'improvisations, de fautes de gestion et de manquements". La date de la tenue du procès, elle, n'est pas encore connue.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.