CM 2022 : Un travailleur étranger est décédé dans le camp de base de l'Arabie Saoudite

CM 2022 : Un travailleur étranger est décédé dans le camp de base de l'Arabie Saoudite©Panoramic, Media365

Axel Allag, Media365 : publié le jeudi 08 décembre 2022 à 19h00

Ce mercredi, Doha et la FIFA ont confirmé le décès d'un employé en marge de la compétition, à une date non précisée. Il travaillait sur le camp de base de l'Arabie Saoudite et a été victime d'une chute accidentelle. Alors qu'une enquête a été ouverte par les autorités, le président du comité d'organisation, Nasser Al Khater, a confié sa surprise quand une question lui a été posée sur le sujet "au milieu d'une Coupe du monde réussie".



Tandis que les yeux du monde sont tournés vers le Qatar en raison du Mondial 2022 actuellement en cours, une triste nouvelle a été dévoilée. Sur le sujet des conditions de travail des migrants, Doha et la FIFA ont en effet confirmé la mort d'un employé en marge de la compétition, à une date non précisée, dans un communiqué relayé par The Athletic. D'après la source, l'homme d'une quarantaine d'années, prénommé Alex et ressortissant des Philippines, aurait succombé à une chute accidentelle alors qu'il intervenait sur le parking d'un hôtel servant de camp de base à la sélection d'Arabie Saoudite.

La FIFA demande des détails tandis que le comité d'organisation se dédouane

Chargé du réparage des éclairages, il est tombé d'une rampe alors qu'il marchait à côté d'un chariot élévateur selon The Athletic, qui précise également qu'il ne portait pas de harnais de sécurité. Le ministère philippin des Affaires étrangères s'est confié à l'AFP, assurant que "l'ambassade des Philippines à Doha enquête toujours sur cette affaire". Désireuse d'obtenir davantage de détails sur le sujet auprès des autorités du Qatar, la FIFA s'est dite "profondément attristée par cette tragédie, et nos pensées vont à la famille de ce travailleur". À Doha, le Comité suprême d'organisation du Mondial a assuré qu'il n'employait pas l'ouvrier en question, et que l'accident s'était produit "sur une propriété ne relevant pas de sa compétence".


"La mort fait naturellement partie de la vie", estime Al-Khater

De son côté, Nasser Al-Khater, le directeur de l'organisation de la compétition, a confié à Reuters son sentiment assez particulier sur ce sujet. "La mort fait naturellement partie de la vie, que ce soit au travail, que ce soit dans votre sommeil", a-t-il expliqué, trouvant par ailleurs "étrange" d'être interrogé sur ce thème "en plein milieu d'une Coupe du monde réussie". Les autorités du Qatar ont fait savoir à The Athletic qu'une enquête a été ouverte. "Si elle conclut que les procédures de sécurité n'ont pas été suivies, l'entreprise fera l'objet d'actions en justice et d'importantes pénalités financières", a estimé Doha, affirmant avoir payé en 2022 plus de 350 millions de dollars, par l'intermédiaire d'un fond, en compensation d'accidents du travail ou de salaires non-payés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.