Vuillermoz : "Ils m'ont répété que c'était grave, très grave"

Vuillermoz : "Ils m'ont répété que c'était grave, très grave"©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 22 juin 2021 à 22h41

Le récit d'Alexis Vuillermoz ne manque pas d'intérêt, à propos des heures puis des jours qui ont suivi sa lourde chute au Tour de Suisse. Il permet de mettre l'accent sur les diagnostics qui, à chaud, sont parfois trop alarmistes.



Alexis Vuillermoz a livré un récit assez glaçant de sa chute lors du Tour de Suisse. Il y a dix jours, à l'occasion du contre-la-montre (septième étape), le coureur de l'équipe TotalEnergies s'est fracturé le bassin et a raconté avoir dû envisager le pire : "J'ai envoyé un testament à ma compagne", révèle-t-il ainsi dans un long entretien accordé à Ouest-France. Au bout du compte, le diagnostic s'avère donc presque plutôt rassurant lorsqu'on écoute les détails donnés par le grimpeur de 33 ans, dans la foulée de son arrivée aux urgences : "Après ma chute, j'ai été transféré à l'hôpital le plus proche. Ils m'ont tout de suite dit que j'avais une fracture très grave. Ils ne pouvaient pas me gérer, alors ils m'ont transféré vers un hôpital plus grand."

Vuillermoz met alors en cause l'accueil dans ce nouvel établissement, ou plutôt la prise en charge : "Quand je suis arrivé là-bas, huit à dix personnes m'attendaient, comme dans les films ! Ils m'ont répété que c'était grave, très grave. J'avais une hémorragie interne qu'il fallait arrêter, sinon mon pronostic vital pouvait être engagé. J'ai donc été place sous étroite surveillance : j'avais une personne H-24 à côté de moi. Après les deux jours en soins intensifs, le chirurgien m'a demandé si j'étais conscient que ma carrière était terminée."

Sauf que le coureur espère bel et bien remonter sur un vélo au mois de septembre, à l'issue de ses trois mois d'indisponibilité finalement annoncés après une opération. "Peurs, doutes, douleurs et angoisses ont rythmé la semaine écoulée, conclut l'intéressé sur son compte Twitter, en réaction à cette interview. Oui j'ai eu peur, très peur même. Pour ma santé et mes proches. Désormais à la maison avec la plus belle des compagnies pour récupérer au mieux durant cet été !"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.