Les Patriots au forceps

Stephen Gostkowski a donné la victoire aux Pats. (Reuters)

Stephen Gostkowski a donné la victoire aux Pats. (Reuters)

New England a eu besoin d’une prolongation pour battre New York (26-23, a.p.), dimanche soir, lors de la 7e journée de la saison régulière en NFL. Une victoire que les Patriots doivent autant à eux-mêmes qu’à la fébrilité des Jets dans le money-time.

Les Patriots ne sont pas encore les rois du suspense, mais ils y travaillent. Pour la quatrième fois de la saison, l’un de leurs matches s’est décidé dans les deux dernières minutes. La différence entre le duel qui les a opposés dimanche aux Jets et les trois précédents est que celui-là, au moins, ils l’ont gagné (26-23, a.p.). Enfin, vu le scénario, il serait plus juste de dire que New York l’a perdu. Car avec trois points d’avance à 1’37" de la fin, suite au field goal de Nick Folk, les joueurs de Rex Ryan ont loupé le coche, laissant aux finalistes malheureux du dernier Super Bowl le soin de prendre, seuls, la tête de la division AFC East (4 v. – 3 d.).

Ce précieux succès, New England le doit autant à son kicker Stephen Gostkowski, auteur du field goal de l’égalisation à la dernière seconde puis du coup de pied décisif, qu’à Rob Ninkovich. Car c’est bien le linebacker qui a provoqué le fumble du pauvre quarterback new-yorkais, Mark Sanchez, lors de la prolongation. Une perte de balle terrible pour ce joueur qui, depuis déjà plusieurs semaines, est très critiqué. Avec 328 yards, à 28/41, une passe de touchdown mais surtout une interception et quatre sacks, le stratège des Jets doit vite revoir sa copie s’il ne veut pas que sa place soit prise par un Tim Tebow qui n’attend que ça.

Le défi des Pats, maintenant qu’ils ont repris le pouvoir, va être de gagner en régularité. Il n’y aura pas toujours une action comme celle de Devin McCourty, qui a retourné un coup d’envoi de 104 yards (!) dans le premier quart-temps, pour secouer les troupes de Bill Belichick. "Il y a encore beaucoup de matches à jouer, a d’ailleurs admis le coach de New England. Je ne crois pas qu’on ait sécurisé quoi que ce soit." La bonne nouvelle est la complicité retrouvée du duo composé de Tom Brady (259 yards, à 26/42, 2 TD) et Rob Gronkowski, trouvé à deux reprises dans l’en-but adverse.

Le Sport sur votre mobile
Et aussi...

LE TOP - Dans le sillage de Drew Brees (377 yards, à 27/37, 4 TD) et de Jonathan Vilma, de retour de suspension après l’affaire du "Bountygate", les New Orleans Saints ont dompté les Tampa Bay Buccaneers (35-28).

LE FLOP - Réputés pour leur défense imperméable, les Baltimore Ravens n’ont pas vu le jour face aux Houston Texans, qui ont inscrit cinq touchdowns pour finalement l’emporter sans trembler (43-13).

LE JOUEUR - Avec 195 yards gagnés à la course et deux touchdowns inscrits, le running-back Chris Johnson a largement contribué à la victoire sur le fil des Tennessee Titans face aux Buffalo Bills (35-34).

LA STAT - Menés de 14 points en début de troisième quart-temps, les Oakland Raiders ont finalement battu les Jacksonville Jaguars en prolongation (26-23, a.p.), leur deuxième succès de la saison.