La "fête" à SF

 sf_fire

Reuters