Duke au septième ciel

Les Blue Devils au grand complet après leur victoire sur l'université de Butler. (Reuters)

Les Blue Devils au grand complet après leur victoire sur l'université de Butler. (Reuters)

L'université de Duke a conquis lundi le quatrième titre NCAA de son histoire. En direct et en exclusivité sur Orange sport, les Blue Devils entraînés par Mike Krzyzewski, le coach des Etats-Unis, se sont imposés en finale contre la petite université de Butler (61-59).

La petite université de Butler n’est pas passée loin de l’exploit. Mais, pas loin de chez eux, à Indianapolis où 70 000 spectateurs s’étaient entassés, les Bulldogs ont finalement rendu les armes lundi après 25 victoires consécutives dans le tournoi, battus dans les dernières secondes de la finale par les Blues Devils (61-59). Titrée en 1991, 1992 et 2001, Duke a donc remis la main sur le titre NCAA, guidée par Mike Krzyzewski, le sélectionneur des Etats-Unis, pour succéder à l’université de North Carolina, sa grande rivale dans l’histoire du basket universitaire américain, sacrée pour la cinquième fois de son histoire l’année dernière (1957, 1982, 1993, 2005 et 2009).

"J’ai du mal à réaliser et à me dire que nous sommes champions", lançait Coach K depuis le centre du parquet. Les Bulldogs ont en effet donné du fil à retordre à son équipe, menée à la pause (32-33) et incapable de compter plus de six points d’avance malgré l’abattage de ses trois joueurs phares, les trois "S", Kyle Singler (19 points, élu meilleur joueur du Final Four), Jon Scheyer (15 points) et Nolan Smith (13 points), auteur de 47 points à eux trois pour finalement passer, pour la première fois depuis un mois, plus de 60 points à cette équipe de Butler. Une marque que les nouveaux héros malheureux de l’Amérique n’auront eux pas réussi à franchir, la faute à ces deux derniers tirs de Gordon Hayward, la star des Bulldogs, bien contenu lors de cette finale (12 points à 2/11), venus mourir sur le cercle.

"J’aurais bien aimé que l’on reste tous ensemble", a ajouté Mike Krzyzewski, vainqueur de son quatrième titre universitaire pour rejoindre Adolph Rupp au deuxième rang de l'histoire du tournoi. Un vœu pieux pour celui qui sera à la tête de Team USA l’été prochain lors du Mondial puisque ce groupe est amené à éclater, certains pouvant désormais prétendre à la NBA. La rançon du succès…

Le Sport sur votre mobile
en images
Du style Hasek Cherchez l'intrus Rempart La défaite des machines Les deux genoux à terre
à lire aussi