Dunkerque, le vainqueur surprise

 Siakam

Erwan Siakam a été le grand artisan du trophée dunkerquois.

Dunkerque entame la saison sur les chapeaux de roue. Le club nordiste, vainqueur de Montpellier en demi-finales samedi, a en effet remporté ce dimanche le Trophée des champions en dominant Chambéry en finale après une séance de tirs au but (22-22, 4 t.a.b. à 3).

A quelques jours de la reprise du Championnat de France, on parle beaucoup du PSG Handball, le nouveau riche, de Montpellier, l’ogre aujourd’hui menacé, et de Chambéry qui a vu cet été les frères Gille rentrer au pays. Beaucoup moins de Dunkerque. Pourtant ce sont bien les Dunkerquois qui ont raflé, dimanche, le premier titre mis en jeu cette saison. Invité à la table des grands du Trophée des champions pour pallier l’absence de Saint-Raphaël, engagé ce week-end dans le tournoi de qualification de la Ligue des Champions, l’USDK, cinquième de D1 au printemps dernier, a fait sensation à Monaco. Samedi, c’est Montpellier, le tenant du titre, qui a mordu la poussière le plus logiquement du monde (29-32). Et dimanche, c’est Chambéry, le dauphin de l’ogre héraultais, qui a plié à l’issue d’une finale indécise jusqu’au bout.

Remake de la finale de la Coupe de France 2011, ce Chambéry-Dunkerque a tenu toutes ses promesses. Et s’est achevé de la même manière qu’à l’époque, à savoir sur une victoire dunkerquoise à l’issue de la séance de tirs au but. Au grand dam des Chambériens, privés en Principauté de Nyokas, Bicanic et Busselier, lesquels sont encore passés tout près de dérocher leur premier titre depuis une Coupe de la Ligue en 2002. Une éternité. Ce sont eux qui, après avoir couru derrière le score quasiment toute la partie, ont pris l’avantage sur un deuxième jet de sept mètres consécutif de l’intenable Edin Basic. Mais c’était sans compter sur la capacité de réaction des Dunkerquois dans une fin de match heurtée – symbolisée par les deux cartons rouges directs récoltés par Touati (54e) et Nocar (56e) – qui parvenaient à arracher la séance de tirs au but en égalisant dans les ultimes secondes (22-22).

Dans cet exercice, ce sont donc encore les joueurs de Patrick Cazal, portés par un exceptionnel Erwan Siakam durant tout le week-end, qui ont eu le dernier mot, grâce à deux parades de son leur gardien Vincent Gérard. Invité surprise, Dunkerque a réussi un véritable braquage à Monaco. Le Paris Handball, et son recrutement haut de gamme, n’était certes pas de la partie, mais en battant coup sur coup les deux références du handball français depuis des années, l’USDK a envoyé un message à la concurrence : il ne compte pas se contenter de regarder jouer les trois grands favoris du Championnat de France cette saison. Vivement qu’il débute, jeudi prochain !